Violences envers les femmes : le jour en trop

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Ce 25 novembre, c’est la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

La forme extrême de ces violences, le féminicide est commis tous les deux jours et demi en moyenne en France (chiffres 2019). Le site d’information Les Jours publie une enquête sur l’Unité d’accompagnement spécialisée du psychotraumatisme (Usap) à l’hôpital Robert-Ballanger d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). L’Usap a vocation à traiter tous types de traumatismes, mais dans les faits, le service accueille essentiellement des femmes victimes de violences conjugales. Désormais, tous les jeudis, des policiers et policières sont sur place pour recueillir les plaintes. Sophie Boutboul raconte comment la discrétion du dispositif permet à une femme de venir à l’hôpital consulter la police sans que son conjoint ne le sache. (Pour nombre d’entre elles, c’est moins angoissant que de passer au commissariat, où les plaintes sont souvent transformées en mains-courantes.) Et même ainsi, certaines ont du mal à passer le cap des doléances, par peur des représailles. Le reportage évoque ce cas d’une femme « arrivée en réanimation à l’hôpital à la suite de violences. Quand des psychologues de l’Usap ont pris un premier contact, elle ne réalisait pas encore qu’elle avait subi une tentative de féminicide ». Le dépôt d’une plainte permet de lancer l’enquête qui va notamment « utiliser le bornage téléphonique, interroger le voisinage, visionner les caméras de vidéosurveillance » pour repérer le conjoint violent interdit de s’approcher de la victime.

Le 3919 est devenu la ligne téléphonique de référence pour les femmes victimes de violence. Un collectif du monde culturel et associatif et de personnalités politiques – dont les Chiennes de garde, Mathilde Larrère, Camille Froidevaux-Metterie ou Clémentine Autain, signent une tribune sur le site de Libération pour dénoncer le projet du gouvernement de lancer un marché public mettant sa gestion en concurrence, « à la manière d’une quelconque offre de services ». Les signataires soulignent qu’il s’agit d’un service d’aide aux victimes « assumé depuis plusieurs décennies par une association dont la qualité des prises en charge a toujours été saluée ». Ils et elles redoutent l’impact sur cette activité de l’arrivée « d’un prestataire dont le degré d’engagement et d’expérience sur cette problématique particulière n’est nullement acquis ».

Migrantes engagées

On les a célébrées comme des héroïnes de la crise sanitaire » dans les hôpitaux, les Ehpad, à domicile : les aides-soignantes, médecins, agentes d’entretien, auxiliaires de vie… La revue Hommes & migrations, éditée par le Musée de l’histoire de l’immigration, est consacrée aux « femmes engagées ».

Camille Schmoll rappelle que les femmes représentent 48% des migrations dans le monde, et 51% en Europe, plus nombreuses que les hommes, donc, même si on ne les voit guère. La géographe s’en prend aux images stéréotypées de la migration féminine, celles de la domestique ou de la prostituée. 

Et de citer l’exemple de ces employées d’une société sous-traitante du groupe hôtelier Accor, « en grève pour protester contre le travail dissimulé et les cadences infernales ». La crise sanitaire a mis en lumière les conditions de travail précaires et discriminatoires des professionnels de santé à diplôme étranger – souligne la sociologue Francesca Sirna, qui a enquêté sur les personnels féminins en éclairant les liens entre parcours migratoires et professionnels au sein de l’hôpital, où la pénurie de main-d’œuvre aggrave ces conditions de travail. Des parcours à obstacles, à l’intersection des rapports de domination, de genre et de race, pour ces femmes en quête d’indépendance.

La dernière livraison de la revue Travail, genre et sociétés porte sur l’intersectionnalité… Dans les généalogies de cette notion, « le travail occupe une place centrale en tant que producteur des rapports sociaux de classe, de genre et de race », résument les coordinatrices du dossier, qui soulignent le potentiel d’émancipation collective de ce concept critique. L’un des articles analyse la manière dont il inspire la stratégie des avocates défenseures des travailleuses asiatiques immigrées aux États-Unis, dans une perspective de mobilisation communautaire appelée à se faire plus « inclusive ».

Jacques Munier pour France Culture

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.