Une femme incitée par son employeur à avorter ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

« faire le nécessaire afin d’y remédier. »

La copie d’un mail d’un employeur enjoignant l’une de ses salariées à procéder à une IVG a fait beaucoup réagir sur les réseaux sociaux. Si de nombreux internautes s’offusquent de cette situation, d’autres mettent en doute la véracité du document.

Le contenu de ce mail a de quoi révolter : celui d’un employeur incitant l’une de ses salariés à interrompre sa grossesse. « Pensez-vous reprendre votre activité salariale ou non ? Allez-vous faire une IVG concernant cette grossesse ? » demande l’auteur d’un mail largement relayé sur les réseaux sociaux. Lors de notre entretien d’embauche, nous avions discuté de cette situation, je vous ferai remarquer que celle-ci est malvenue. » Et de conclure en lui priant « de faire le nécessaire afin d’y remédier. »

Nous remontons petit à petit le fil jusqu’au compte Linkedin de Ghassan Fayad, médecin généraliste dans le Gard.

L’homme nous confirme être l’auteur de cette photo, et assure de sa véracité. « Mon profil est un minimum sérieux, ce n’est pas un post anonyme, je ne comprends pas que certains disent qu’il s’agit d’un ‘fake' ». L’histoire n’est toutefois pas récente, elle se serait déroulée il y a un peu plus de trois ans et concerne une patiente qu’il dit « bien connaitre ». « Je la suis, elle, son mari et ses enfants ». 

Pourquoi a-t-il attendu aussi longtemps ? « Récemment, j’ai fait le tri dans mes photos prises au cabinet sur mon téléphone portable. Je suis retombé dessus et je me suis rappelé de son histoire. Je me suis dit qu’en la postant sur les réseaux sociaux, cela pourrait permettre de créer le débat et de montrer que ça existe encore ».

A l’époque, nous explique-t-il, sa patiente venait de décrocher un poste comme secrétaire dans un cabinet d’avocats. « Elle est tombée enceinte et a subi des pressions de la part de sa patronne (…) encore un peu et elle sortait les aiguilles à tricoter, s’indigne-t-il aujourd’hui, ce n’est pas possible ».

L’affaire semble tellement incroyable que le docteur Fayad, lui-même, a du mal à y croire. « La patiente m’a montré ce mail qui lui était bien adressé, j’ai pu voir le nom de l’expéditeur et elle m’a autorisé à le prendre en photo en cachant les identités ». « Je l’ai soutenue et je lui ai accordé un arrêt maladie », explique-t-il évoquant « un épisode douloureux » à traverser pour elle. Sa patiente a, selon lui, décidé de garder l’enfant et réussi à obtenir une rupture conventionnelle.

Si cette femme ne souhaite plus entendre parler de cette histoire – elle a d’ailleurs refusé de répondre à nos sollicitations – elle aurait réussi à tourner la page aujourd’hui, et aurait retrouvé un emploi.

Néanmoins, admettons que même si c’est un fake, l’histoire semble hélas plus que plausible dans ce cas ou d’autres ignorés.

Ghassan FAYADSpécialiste en médecine générale :

« Malheureusement ce n’est pas une blague ! Ce mail m’a été donné par la patiente. »

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.