Rentrée scolaire – égalité filles-garçons : doit progresser !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Quand on respecte exactement la parité, on se rend compte que les garçons ont, dès le plus jeune âge, l’habitude d’être surreprésentés.

Malgré une meilleure réussite à l’école, les filles sont souvent sous-représentées dans certaines filières, notamment scientifiques et technologiques, et plus tard, confrontées au plafond de verre. Comment s’opère la sensibilisation sur l’égalité filles-garçons à l’école ?

En 2017, elles sont 84% à obtenir leur baccalauréat, contre 74% des garçons selon les chiffres de l’Education nationale. Soit dix points d’écart. La même année, elles sont pourtant 2 élèves sur 5 en terminale de filière scientifique, traditionnellement conçue comme « prestigieuse ». 

L’inégalité ne se joue pas seulement au niveau de l’orientation, mais aussi dans la cour de récréation, dans les manuels scolaires, et dans l’interaction des jeunes.

C’est dès le plus jeune âge que s’ancrent certaines représentations sexuées du monde dans l’imaginaire des enfants, et l’école joue un rôle primordial dans la déconstruction de celles-ci. 

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.