26 November, 2020
HomeJe m'informeSociétéQuinqua divorcée, peu diplômée, et élevant seule des enfants en bas âge ?

Quinqua divorcée, peu diplômée, et élevant seule des enfants en bas âge ?

C’est le portrait-robot du salarié.e le plus menacé par la discrimination en entreprise.

Egalité des chances: l’âge et le sexe discriminants aux yeux des salariés.

Une quinqua divorcée, peu diplômée, et élevant seule des enfants en bas âge. C’est le portrait-robot du salarié le plus menacé par la discrimination en entreprise. Si les entreprises s’emparent (enfin) du sujet, l’âge et le sexe restent aux yeux des salariés les facteurs les plus discriminants. Y compris chez les plus jeunes.

Paradoxal à l’heure du #metoo: au travail, c’est encore et toujours la question de l’égalité des sexes que les salariés en tous genres placent en tête de liste des craintes et facteurs de discrimination au sein de l’entreprise.  Derrière l’âge, mais loin devant l’origine sociale, l’orientation sexuelle ou encore sa nationalité ou l’appartenance à une prétendue race.

Assurer l’égalité des chances devient un vrai levier de compétitivité et d’attractivité pour le recruteur. C’est tout sauf un gadget, un élément clé pour gérer le capital humain. »

Entreprises, encore des efforts à faire pour que la quadra ou quinqua talentueuse, divorcée, moins diplômée, et élevant seule des enfants en bas âge ne soit pas laissée au bord de la route ?  Homme ou femme, les salariés gardent espoir : lorsqu’une action ou entité consacrée à la diversité dans l’entreprise existe, elle est jugée efficace à 79 % par eux.

Aux employeurs les plus peureux – rétrogrades ? – de passer aux actes.

Share