Pour se réaliser en tant qu’individu, les femmes doivent-elles abandonner l’idée de fonder une famille ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

ALexandra David-Neel, féministe et exploratrice

Alexandra David-Neel, femme exceptionnelle dont le nom côtoie aujourd’hui ceux des grands explorateurs et des féministes les plus convaincues.

Alexandra David-Neel est la plus célèbre des exploratrices. Déguisée en mendiante, elle est la première femme européenne à pénétrer en 1924 dans Lhassa, la capitale du Tibet, alors interdite aux étrangers.

On croit connaître le destin de cette infatigable voyageuse, mais sait-on qu’Alexandra David-Neel (1868-1969) a été une féministe de la première heure, journaliste, cantatrice, authentique anarchiste ne voulant dépendre de personne ? Pour percer le mystère de la vie de cette femme incroyable, il y a un repère, un fil conducteur : son mari, Philippe. L’ami, le confident, le seul avec qui elle laisse tomber le masque.

Les milliers de lettres à son époux nous éclairent sur sa quête acharnée de liberté pendant les 101 années de son existence. Les différents noms qu’elle a portés traduisent ce cheminement vers l’invention de soi : née Louise Eugénie Alexandra David, elle associe le nom de son mari au sien pour signer son œuvre Alexandra David-Neel.

Qui es-tu Alexandra ?

Fière, indépendante et féministe avant l’heure, on réalise malgré tout qu’Alexandra ne serait jamais devenue ce qu’elle fut sans Philippe Neel, son mari. Car en son temps, une femme passait de l’autorité de son père à celle de son époux. Et sans le soutien de ce dernier, jamais Louise Eugénie Alexandra David n’aurait voyagé seule à travers le monde.

Enfant intrépide, adolescente fugueuse (de Belgique, elle part en Angleterre par bateau !) et femme douée d’une énergie et d’une volonté à toute épreuve, Alexandra réalise ses rêves et se rie des carcans que la société patriarcale voudrait lui imposer. Mais à travers ces lettres et ces voyages, il ressort un trait de personnalité déplaisant : l’égoïsme. Inhérent à la réussite, il me semble. Comme elle, Gabriële Buffet-Picabia s’est fait un nom en laissant les siens. Comme elles, Daphné du Maurier était un génie et une avant-gardiste avant d’être femme et mère.

Pour se réaliser en tant qu’individu, les femmes doivent-elles abandonner l’idée de fonder une famille ?

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.