Perdons-nous la culture de l’internet au profit de la culture de la haine ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Haters, contenus haineux : sommes-nous condamnés à subir ces minorités agissantes ?

« Dès qu’on met un pied dans les réseaux sociaux et qu’on s’y exprime, on s’expose aux critiques de tout poil dont certains se font une spécialité. Elles sont plus ou moins intelligentes, plus ou moins constructives, et aussi plus ou moins amusantes à lire. La capacité à être  » drôle « , c’est peut-être ce qui distingue le troll du hater. »

Le hater ne cache pas son jeu. Il tire à vue. Son objectif est d’exprimer son mécontentement ou cracher son venin, mais pas forcément de provoquer un débat. Le troll, quant à lui, est fourbe. Il est prêt à tout pour corrompre, tout faire en sorte que tout le monde s’écharpe.

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.