26 September, 2020
HomeTribunesNotre devoir de rentrée : apprendre à lâcher prise !

Notre devoir de rentrée : apprendre à lâcher prise !

Une Rentrée 2020 en mode imprévisible

Il ne faut pas se voiler la face, la rentrée 2020 est imprévisible. Les scénarios sont nombreux et peuvent aller d’une rentrée « presque normale » à pas de rentrée du tout !

Cela concerne la rentrée des entreprises comme la rentrée scolaire ou universitaire.

Il va falloir éviter de rajouter de l’angoisse à l’angoisse. Car, admettons-le, une rentrée, même sans COVID, est un moment angoissant.

Pourquoi ? Parce qu’on veut que tout soit parfait ! Que tout « roule » le plus vite et le mieux possible !

On aimerait entrer en mode ROUTINE tout de suite, même si on sait que ce n’est pas possible car, par définition, les paramètres changent.

Alors, chaque rentrée, on cherche à se rassurer, on se raccroche à des listes : d’achats, de rendez-vous, d’échéances, de nouveautés … On élabore des plannings : le sport, la musique, la nounou …. On rédige des modes d’emploi : de la machine à laver, de la préparation des biberons ….

Mais cette année, ces fragiles échafaudages, aussi nombreux et aussi étayés soient-ils ne suffiront pas. Cette rentrée 2020 va être encore plus complexe à gérer, car, finalement, on ne sait pas de quoi elle va être faite.

Nous sommes suspendus à ce satané coronavirus : deuxième vague ? mutation ? régression ? accélération ? Télétravail ? Distanciel ? E-learning ? Confinements partiels ? Total ? Nul ne sait, et les informations se multiplient et se contredisent quasiment au jour le jour, ce qui rajoutent à l’incertitude.

Le défi : apprendre à lâcher prise

Dans ces moments où tout est volatile, où chaque certitude peut se dissoudre d’une minute à l’autre, il est essentiel de travailler ses devoirs de rentrée et de cultiver le « lâcher prise ».

Tout le monde est interpellé, mais les femmes plus encore, et ceci pour deux raisons :

  • La première est qu’elles sont à une écrasante majorité la cheville ouvrière de l’organisation de la rentrée. L’organisation familiale est leur domaine tout au long de l’année et la rentrée est à ce titre le « top départ » du nouveau cycle. Si tout n’est pas sur les rails très vite, elles savent que rien ne sera simple pour la suite.
  • La seconde raison est le syndrome très féminin de la « bonne élève », qui les pousse à vouloir être en maîtrise de tout. Ce qui conduit à la fameuse « charge mentale » quand elles s’astreignent à penser à tout, à anticiper, à gérer, à réparer le cas échéant.

Or, l’exercice de l’organisation de la rentrée, déjà très lourd en temps normal, devient carrément impossible dans le contexte 2020.

D’où l’obligation de « lâcher (un peu) prise ». Comment ? En cultivant la confiance et la créativité !

Et les devoirs commencent maintenant !

Cultiver la confiance, en soi et dans les autres

On fait confiance, on délègue

Cette rentrée, on fait confiance, on délègue des tâches et des responsabilités. Les enfants, le mari, la compagne, la grand-mère, la jeune fille au pair, la voisine, les collègues … sont pleins de ressources !

Ils ne font pas toujours les choses comme « nous » les ferions mais, elles sont faites, et personne n’a l’air trop malheureux !

En déléguant, on se sent moins seul-e. En impliquant d’autres personnes, on leur permet de mieux comprendre ce qui se joue, de se familiariser aussi avec ce qui va arriver, de palier nos défaillances, d’être en situation de trouver des solutions en cas de problèmes.

On a confiance en soi

« Je dois aller chez le coiffeur juste avant la rentrée », « Il faut un cartable neuf»

Autant de dogmes, autant de règles qu’il faut assouplir ou oublier, car elles ne sont plus de mise. Il y a plus grave !

L’important, c’est d’avoir le maximum de confiance en soi ce jour-là ! Et chacun sait bien ce qui l’aidera : un polo neuf, un cartable usé … qu’importe le moyen ! L’essentiel est d’être le mieux possible pour affronter le moment.

On donne confiance aux autres

Evitez les petites phrases qui tuent : « J’espère que tu ne seras pas avec … », les jugements définitifs sur les profs « Tu as Dupont comme prof de math, ça va être la cata ! », ou sur les collègues « Avec Alphonse comme chef d’équipe, ça promet » ….

L’angoisse, ça se transmet vite ! S’ils vous sentent angoissé-e, petits ou grands ne vivront pas leur rentrée avec tranquillité.

Être créatifs

On invente des règles

La règle, ça repose ! Ce n’est pas une baquette magique, mais elle peut éviter bien des énervements.

On garde les bonnes pratiques du confinement. On organise des tours de rôle, on fait un planning qui trônera bien évidemment sur la porte du frigo !

Et la première des règles en 2020 : à la maison comme au travail, c’est que les règles peuvent changer à tout moment !

On désapprend pour réapprendre

Julia adorait le piano, le judo et le tennis … mais son frère aime les échecs et la peinture. …. Ce collège était extra pour Hugo, et a été une catastrophe pour Mouna. Vous organisiez des pots le vendredi, vous suiviez la procédure Y ou Z….

Il faut accepter de se renouveler, et se mettre à la page, en suivant des formations… ou en écoutant ce que nous dit notre enfant ou notre collègue. Les copiés-collés ne sont plus de mise.

On anticipe les changements possibles

Cette rentrée est celle où tout peut changer. Or, quand on ne connait pas, on se fait des films, et ce n’est pas toujours très positif ! Cette année, il faut prendre un peu de temps pour envisager dès à présent plusieurs scénarios et en parler, de façon la plus sereine possible pour éviter la panique !

Comme les sportifs, on visualise les possibles pour mieux maîtriser le mouvement.

On aère, on avance, on oublie le « mode contrôle »

On garde des respirations dans l’emploi du temps

Cette rentrée, plus que jamais, on oublie les emplois du temps de ministre. On fait des choix ! ! Courir, courir pour enchainer la série : activités périscolaires, devoir, bain, diner … sans prendre le temps de … rien ! Enchainer 12 heures de travail sans pause ? Est-ce bien raisonnable ? Certainement pas ! On aère ! on aère !

Le confinement est passé par là !

On refuse la nostalgie

Les « vraies rentrées » avant la COVID, on oublie ! Cette année, c’est masques, plexiglas, demi-groupes, télétravail etc etc …

Pas de nostalgie. Il y a certainement du positif dans ces nouvelles configurations, même si elles sont inédites ! C’est ce positif qu’il faut regarder !

On oublie le « zéro défaut »

Prenons du recul ! La rentrée zéro défaut, ça n’existe pas !

Oublions donc d’être parfait-e-s ! On fait au mieux c’est déjà bien ! Victoria saura gérer sa rentrée sans le classeur qu’on a oublié d’acheter ! La première réunion d’équipe sera en Zoom et il n’y aura pas eu de pot de rentrée ! Tant pis !

La confiance en soi et dans les autres, la créativité, le lâcher prise seront nos meilleures armes pour affronter cette Rentrée 2020.

Et vous saurez vous étonner !

Isabelle Barth, chercheuse, professeure des Universités en Science de gestion

Share