« Ne touchez pas à mes vêtements » : les afghanes se rebellent contre le code vestimentaire des talibans

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Séparation entre les sexes et code vestimentaire islamique obligatoire.

Le hashtag #DoNotTouchMyClothes est utilisé par les femmes afghanes qui ne veulent pas retourner en arrière et porter les burqas que les talibans veulent leur imposer.

Depuis un mois que les talibans ont repris le pays, la situation des femmes est devenue encore plus compliquée puisque leur place dans la société afghane aujourd’hui est au plus bas de l’échelle. C’est pour cela qu’elles sont nombreuses à avoir tenté de fuir le pays au moment du retrait des troupes américaines, comme Aryana Sayeed, pop star Afghane, qui a fui le pays et partagé son périple sur Instagram.

Nombreuses sont les femmes restées sur place dans leur famille et leur vie et qui, aujourd’hui, tentent de garder quelques libertés qu’elles avaient acquises depuis des années que les talibans étaient relégués dans les montagnes. Des femmes de tous âges et de tous horizons ont publié sur Twitter des photos d’elles portant des vêtements lumineux et colorés de différents styles, matériaux et motifs, à mille lieues de la tenue que les talibans préconisent pour elles.

Dans les villes et villages du pays, ce geste est très dangereux car une femme qui sortirait de chez elle sans sa burqa et sans être accompagnée d’un homme de sa famille risque les coups de fouet en pleine rue et parfois même la mort.

Cette campagne en ligne a été lancée par le Dr Bahar Jalali, une historienne qui a fondé le tout premier programme d’études de genre en Afghanistan, comme l’explique la BBC. Elle a partagé une photo d’elle adolescente en habit traditionnel et écrit que les femmes afghanes « ne laisseront pas notre culture se faire approprier par ceux qui veulent nous effacer ». Un sentiment partagé par beaucoup d’autres qui pensent que la burqa noire couvrant tout le corps n’est pas représentative de ce que les femmes musulmanes vivant en Afghanistan portent traditionnellement.

Le 12 septembre, le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur des talibans, Abdul Baqi Haqqani, a déclaré que même si les femmes seront toujours autorisées à fréquenter l’université, il y aura une séparation entre les sexes et un code vestimentaire islamique obligatoire. Le but du hashtag est de montrer qu’il n’y a pas un unique vêtement qui représente la femme afghane mais que chaque région, chaque ethnie et chaque femme ont leurs histoires et leurs traditions.

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.