Morte parce qu’elle voulait assister à un match de football

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

En Iran, les femmes n’ont pas le droit d’assister aux matchs pour les préserver de « l’atmosphère masculine » et de la « vue d’hommes à moitié dévêtus ».

Sahar Khodayari symbole du combat des femmes iraniennes.

Une Iranienne s’immole par le feu pour éviter la prison après être entrée dans un stade

Sahar Khodayarin, une Iranienne arrêtée pour être entrée dans un stade de football, interdits aux femmes, a succombé à ses blessures après s’être immolée par le feu. Elle risquait six mois de prison.

Une supportrice iranienne arrêtée pour avoir tenté d’assister à un match de football a succombé à ses blessures le 9 septembre dernier, après s’être immolée par le feu devant un tribunal.

Le 12 mars 2019, Sahar Khodayarin, une iranienne de 29 ans, était parvenue à pénétrer le stade Azadi de Téhéran, déguisée en homme, où l’Esteghal FC disputait un match contre l’Al-Ain FC, selon le New York Times. Mais la jeune femme est très vite interpellée : en Iran, les femmes n’ont pas le droit de se rendre dans les stades de football. La supportrice a passé trois jours en prison, avant d’être libérée sous caution.

Le 2 septembre dernier, jour de son procès, Sahar Khodayarin s’est immolée par le feu devant le tribunal de Téhéran, après avoir entendu dire qu’elle allait être condamnée à six mois de prison, d’après le site d’information Varzesh3.

La fille en bleu

Surnommée «Blue Girl» (la fille en bleu) en référence à son club favori, l’Esteghlal FC, S. Khodayarin est devenue un symbole de la lutte pour les droits de la femme en Iran. Après l’incident, le hashtag #BlueGirl s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux et de nombreux joueurs de footballs lui ont témoigné leur soutien.

Depuis juin, la FIFA fait pression sur Téhéran pour que les femmes iraniennes aient le droit d’entrer dans les stades, indique RFI. Après avoir appris le décès de Sahar Khodayarin, l’association écrivait sur Instagram: «La FIFA appelle une nouvelle fois les autorités iraniennes à autoriser l’accès des femmes aux stades en Iran, afin d’assurer la liberté et la sécurité des femmes engagées dans ce combat légitime.»

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.