Miss France : « Ce concours véhicule une image archaïque et dépassée de la femme »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Les critères de recrutement des Miss France sont-ils discriminatoires ? C’est ce qu’estime l’association « Osez le féminisme » qui intente une action en justice à l’encontre des producteurs du célèbre concours. Au Sénat, la présidente de la délégation aux droits des femmes, Annick Billon, estime que ce concours envoie « un message extrêmement réducteur aux jeunes filles ».

Une association ainsi que plusieurs femmes ont porté plainte contre le comité Miss France, pour « discrimination » et « non-respect du Code du travail ». Elles reprochent au concours les critères de sélection. 

Les prud’hommes ont été saisis par trois femmes, qui n’ont pas pu participer au concours Miss France, et une association féministe. Dans leur viseur, le temps passé à préparer le concours, non rémunéré, et les critères de sélection, jugés discriminatoires et contraires au Code du travail. « Les closes qui visent les mœurs, le fait de ne pas fumer en public, de ne pas boire en public, d’être célibataire, de ne pas avoir été mariée, par exemple de ne pas pouvoir être veuve… Tout ça, c’est illégal », martèle Maitre Violaine de Filippis-Abate, avocate de l’association Osez le féminisme. 

Un concours archaïque ? 

Alors, faut-il reformer le concours ? De nombreux téléspectateurs le jugent eux aussi dépassé. « Rétrograde », juge un homme interrogé par France Télévisions, tandis qu’une femme estime que l’on « devrait plutôt valoriser les femmes autrement ». La société Miss France refuse de faire signer un contrat de travail aux candidates. Elle se dit en revanche prête à faire évoluer les critères de sélection.

Sources : Public Sénat et France Info

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.