Magnum Photos et les abus sexuels sur mineurs

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print
Eléments de contexte :

En 2017, Magnum photos a organisé un concours photo, commercialisé sur Facebook illustré par une photo de Souvid Datta montrant un enfant indien ayant possiblement été violé. Les réactions ont été violentes lorsque l’industrie du photo journalisme s’est réveillée et a découvert qu’il n’y avait pas que les délinquants sexuels qui valorisaient les hommes qui photographient des photos d’enfants violés.

Deux hommes ont décidé d’agir. Robert Godden (Rights Exposure, anciennement Amnesty) et Jason Tanner (Human Rights For Journalism) ont lancé une campagne visant à introduire des normes très élémentaires de protection des enfants dans l’industrie.

Titre original :
Olivia Arthur – now can we talk about Magnum Photos and child abuse?
par Benjamin Chesterton.
Benjamin Chesterton est un ancien producteur de documentaires
de la BBC et le co-fondateur de la société de production Duckrabbit.
Il travaille actuellement à un film sur l’unité d’Interpol chargée des abus sexuels sur les enfants et écrit depuis plus de dix ans sur les pratiques abusives dans le domaine de la photographie.
Traduit avec l’autorisation de l’auteur par LaPartDesFemmes

Attention : Ce billet contient des détails choquants sur des images d’abus sexuels d’enfants, ainsi que sur la violence sexuelle contre les femmes. Les images potentiellement indécentes ont été signalées aux autorités compétentes en 2020. L’auteur a modifié ces images pour protéger l’identité des enfants qui y figurent. Le post qui suit est adressé à Olivia Arthur.  En tant que présidente de Magnum Photos (depuis 2020), elle est chargée de faire respecter le code de conduite de l’agence.

« Il y a un fort courant sous-jacent dans la culture Magnum qui vénère le photographe masculin qui aime le sexe / la drogue / les travailleur·es du sexe / se vantant de ses conquêtes ». Dr. Alice Driver

avec l’autorisation de LaPartDesFemmes

Vous souhaitez réagir, intervenir, suggérer ? Nous vous écoutons :  contact@womentoday.fr

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.