Les talibans annoncent que les femmes n’auront pas le droit de faire du sport

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

La pratique du sport pour les femmes n’est « ni nécessaire, ni appropriée ».

Le nouvel exécutif afghan est « exclusivement composé d’individus membres des talibans ou de leurs proches alliés, et d’aucune femme ».

Le régime des talibans au pouvoir en Afghanistan interdit à partir de maintenant la pratique du sport aux femmes du pays. C’est contraire, selon eux, à leur pratique religieuse. Celles qui braveront l’interdit seront durement punies.

Au pouvoir depuis quelques jours, le régime des talibans réduit chaque jour un peu plus les droits des femmes. Dans un entretien à la chaîne de télévision australienne SBS, le chef adjoint de la commission culturelle des talibans affirme que la pratique du sport pour les femmes n’est « ni nécessaire, ni appropriée ».

Ces propos sont partis d’une question sur le cricket, sport en vogue dans cette partie du monde. Dans l’interview, le dénommé Ahmadullah Wasiq n’y va pas quatre chemins : « Je ne pense pas que les femmes seront autorisées à jouer au cricket car il n’est pas nécessaire que les femmes jouent au cricket », martèle-t-il.

Il insiste ensuite : « Au cricket, elles pourraient être confrontées à une situation où leur visage et leur corps ne seront pas couverts. L’islam ne permet pas aux femmes d’être vues ainsi. C’est l’ère des médias, il y aura des photos et des vidéos, et les gens les regarderont. L’islam et l’émirat islamique ne permettent pas aux femmes de jouer au cricket ou de pratiquer ce genre de sport où elles sont exposées. »

Sources : France 24 / 20 Minutes

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.