Les jeunes femmes trouvent le bonheur dans le célibat.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

La bague au doigt ? Les femmes célibataires répliquent : pas si vite !

Dans l’imaginaire collectif, les jeunes femmes sont supposées rêver du prince charmant, aspirer au mariage et se sentir déconsidérées si elles ne passent pas devant monsieur le Maire.

Nous pensons qu’elles rêvent de construire un nid douillet à partager avec leur conjoint et leurs enfants.

Ces stéréotypes persistent malgré les preuves du contraire. Aujourd’hui, de nouveaux sondages brisent ces poncifs, comme la récente enquête Tinder menée auprès de 1 036 adultes célibataires âgés de 18 à 25 ans.

Comment les jeunes femmes célibataires défient les stéréotypes ?

Lorsqu’on leur demande si elles pensent que le fait d’être célibataire leur est bénéfique, un nombre écrasant de femmes (83%) répondent oui. Contre toute attente, les hommes sont moins nombreux (79%.)

Plus de 70% des célibataires participant à l’enquête déclarent avoir délibérément pris la décision de rester seules afin de pouvoir établir leurs priorités et définir leurs propres besoins. Elles attachent beaucoup d’importance à l’indépendance, l’autonomie, la possibilité de voyager, de vivre leur célibat comme une aventure pendant qu’elles sont encore jeunes. D’avoir leur propre espace, de pouvoir se concentrer sur leurs études et l’obtention de leur diplôme ou de se consacrer davantage à leur travail.

Ces jeunes femmes se sentent aussi plus ouvertes à de nouvelles expériences lorsqu’elles vivent en solo, elles se sentent plus légères, plus pétillantes qu’en couple, par exemple dans les dîners.

Les hommes sont plus susceptibles de dire qu’ils restent célibataires parce qu’ils veulent rencontrer plus de femmes…

A propos de ce qui les inquiète lorsqu’elles envisagent de s’installer dans une relation amoureuse, les femmes répondent qu’elles craignent de perdre leur indépendance, qu’elles refusent une certaine forme de conformisme et qu’elles redoutent de passer moins de temps avec leur famille et leurs amis. Elles avouent aussi ne pas aimer partager leur intimité.

De leur côté, les hommes supportent difficilement les changements radicaux, comme un déménagement, l’organisation d’un mariage ou l’arrivée d’un bébé.

Pas désespérées du tout, ces jeunes femmes, quoi qu’on en dise ou quoi qu’on en pense !

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.