Les femmes sont sur le front du virus

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Des professions féminisées à plus de 70 % sont lancées dans la bataille

Les femmes sont nombreuses à devoir continuer à mener de front avec les tâches éducatives et domestiques leur activité sur le terrain – soignantes, caissières, enseignantes, assistantes maternelles… – ou bien sous forme de télétravail.

Phénomène inédit, ce sont les femmes qui, en forte majorité, sont en première ligne sur le front de cette  » guerre  » livrée contre ce nouvel ennemi, le Coranovirus. Dans les précédents grands conflits armés, elles étaient mobilisées mais, comme en 1914-18, pour remplacer les poilus dans les travaux des champs ou dans les usines pour fabriquer des obus, les fameuses  » munitionettes « . Ou, dans la Résistance, importantes certes, voire essentielles, mais en second rang, interdites par exemple de se servir d’une arme.

Or, cette fois, ce sont des professions féminisées à plus de 70 % qui font pleine face dans la bataille. Ce personnel soignant qu’on applaudit plein cœur chaque soir à 20h après lui avoir refusé des augmentations pendant de si longs mois et qui se dévoue sans compter, ce sont des soignantes pour la plupart. On relèvera que la proportion dans le commandement suprême est exactement inverse : 70 % d’hommes parmi les conseillers de l’Elysée, trustant les postes régaliens ou tenus pour nobles comme l’armée et l’économie. 

Maintenant, il faudra savoir si on en reste à quelques applaudissements et traces de bougies aux fenêtres, des fleurs et des remerciements émus une fois le virus vaincu. Les dernières grandes guerres ont permis des progrès dans l’émancipation des femmes. Leur droit de vote par exemple a été acquis en Grande-Bretagne après la guerre de 14-18 et en France après celle de 39-40 !

Les héroïnes du moment sont exposées sur plus d’un front et demandent plus de soutien aujourd’hui ET demain.

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.