Les femmes et la finance : finissons-en avec les stéréotypes et les fausses croyances !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Les femmes ont-elles besoin d’un homme pour s’occuper de leurs finances ?

D’après une étude menée par UBS auprès de 3 700 femmes mariées, divorcées ou veuves dans 9 pays, la réponse est (à mon grand regret !!!) : oui !

Les principales conclusions de cette étude sont que :

  • 85 % des femmes gèrent le budget du ménage mais seulement 23 % prennent en main leur planification financière ;
  • 58 % des femmes délèguent les décisions financières à leur conjoint.

Ces chiffres jurent étrangement avec le constat que neuf femmes sur dix dans le monde reconnaissent que le fait de ne pas contribuer aux décisions financières diminue leur confiance en elles et augmente leur stress !

Aujourd’hui, de plus en plus de femmes se retrouvent seules responsables de leurs finances (leur espérance de vie et les divorces augmentant !). Mais elles rechignent encore à prendre les choses en main. Les excuses vont de « je n’y comprends rien » à « c’est trop compliqué » en passant par « ça ne m’intéresse pas ».

Et pourtant, les témoignages de femmes ayant vécu le décès de leur conjoint ou un divorce sont édifiants : les trois quarts de ces femmes auraient souhaité être plus impliquées dans les décisions financières pendant leur mariage – 74 % des femmes sondées ont eu de mauvaises surprises après le départ de leur conjoint.

Paula Polito, Divisional Vice Chairman chez UBS, explique que cette dynamique perdurera pour les générations à venir, à moins qu’hommes et femmes s’engagent à prendre des décisions financières ensemble.

Il est vrai que les femmes mettent en péril leur sécurité financière en déléguant les décisions financières à leur conjoint. Et surtout : 

Un homme n’est pas un plan financier !

Alors que faire ? Il est impératif de combler le fossé en matière d’éducation financière ! Donnons aux femmes les moyens de réussir, responsabilisons-les, renforçons les opportunités d’apprentissage dès le plus jeune âge pour augmenter leur confiance en elles, afin qu’elles puissent prendre leurs décisions financières en toute sérénité. 

Et d’ailleurs, lorsque les femmes se lancent en bourse, elles réussissent mieux que les hommes ! Eh oui, vous avez bien lu – vous, les femmes, obtenez de meilleures performances que les hommes. Plusieurs études le démontrent, dont la dernière en date de Goldman Sachs

Vous n’êtes pas convaincues ? Je vous conseille de lire les études publiées par :

Bref, le mythe selon lequel les hommes seraient de meilleurs investisseurs que les femmes n’est donc… qu’un mythe !

Mais le mythe a la dent dure et c’est notre responsabilité, hommes et femmes, de collaborer pour le combattre ! Il s’agit de susciter l’intérêt des femmes pour la finance, de leur donner confiance en leurs compétences naturelles et rendre l’éducation financière accessible à toutes et tous ! La tendance est donnée, la route est encore longue mais les mentalités évoluent et, quand les femmes ont la volonté, elles y arrivent.

Tous les jours, de nombreux hommes osent investir, alors pourquoi pas les femmes ?

Sarah Genequand Miche, auteure de « Ce que valent les femmes »

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.