Les femmes aux 35 heures s’occupent davantage des enfants

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

L’asymétrie des tâches ménagères s’est renforcée

Selon une étude de l’Institut National d’Etudes démographiques publiée fin janvier, les femmes qui sont aux 35 heures consacrent une grande partie de ce temps supplémentaire aux enfants plutôt qu’aux tâches ménagères. Les hommes, eux, bricolent et jardinent plus.

Alors que le temps libéré par cette réforme est identique, son utilisation diffère selon le sexe. « Si au global, les Français accordent plus de temps aux loisirs, les hommes réalisent un peu plus de tâches domestiques, tandis que les femmes passent plus de temps avec les enfants », observe Anne Solaz, chercheuse à l’Ined, et co-auteure de cette étude avec Ariane Pailhé et Arthur Souletie. La réforme des 35 heures vient en effet renforcer l’asymétrie des tâches entre les hommes et les femmes. Même si les hommes qui sont aux 35 heures consacrent plus de temps aux activités domestiques que leurs homologues aux 39 heures, à savoir précisément 12 minutes supplémentaires par jour.

Cependant, « les hommes n’interviennent pas dans les tâches les plus quotidiennes, comme la préparation des repas, la vaisselle ou le linge », note la chercheuse. Les jours de semaine, ils passent plus de temps à des tâches telles que les démarches administratives et la garde d’enfants dite « récréative ». Anne Solaz relève qu’avec les 35 heures, les hommes vont donc « surinvestir un peu les travaux domestiques, mais dans des tâches qu’ils connaissent déjà ». D’autant que cette étude révèle que cette organisation leur permet de libérer du temps sur leur week-end, où les hommes auront tendance à se soustraire aux travaux ménagers pour surinvestir des tâches stéréotypées comme le bricolage et le jardinage.  

18% de plus pour les femmes.

En revanche, les femmes qui travaillent aux 35 heures ne vont pas passer plus de temps aux tâches domestiques, mais elles vont consacrer davantage de temps à leurs enfants, et principalement dans les tâches dites de soins. « Ce temps libéré va permettre aux femmes de passer plus de temps avec leurs enfants et d’avoir un peu plus de souplesse en semaine pour réduire la part liée au multi-tâches, ce qui va contribuer à lever beaucoup de stress aux mères », constate la chercheuse Anne Solaz. En moyenne, les salariés dont la semaine s’est allégée grâce à cette réforme vont passer plus de temps avec leur progéniture que les salariés qui sont encore à la semaine des 39 heures, à savoir 18% de plus pour les femmes et 17% de plus pour les hommes.

« Tout le temps que nous avons gagné en nous libérant de certaines tâches domestiques comme la cuisine, la couture ou le repassage, nous l’avons réinvesti auprès des enfants », observe Anne Solaz. Et si finalement, les pères ne participent que très légèrement plus aux tâches domestiques, ils sont nettement plus présents auprès de leurs enfants, mais de préférence dans les tâches les plus ludiques.

Finalement, ce sont les enfants qui semblent le plus profiter de cette réforme des 35 heures.

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.