Le « revenge porn » fait tomber les… têtes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

La dictature 2.0 sexe et politique constitue une « bombe »

Cette nouvelle « technique » qui consiste à diffuser publiquement des images intimes sans l’accord des personnes concernées est un effet pervers de la révolution numérique

La publication de contenus intimes d’une personne sans son consentement est déjà un vieux problème qui a accompagné l’essor du Web. Une forme de violence qui touche surtout les femmes et qui a obligé les plateformes en ligne à réagir.

Benjamin Griveaux n’est pas responsable

Les puritains se féliciteront de ce que Benjamin Griveaux paie le prix de son « adultère ». Les sages, qui n’ont jamais été imprudents, nous expliqueront qu’il n’avait qu’à pas se filmer comme un ado de 15 ans. Pourtant, avoir une maîtresse et donner corps à des fantasmes virtuels, aussi inconscient puissent-ils paraître, sont ses droits les plus stricts.

Ce n’est pas la vie sexuelle d’un homme qui en fait un bon ou un mauvais homme politique, et heureusement ! Je ne veux pas savoir ce que les maires, les députés ou les ministres font le soir dans leur chambre à coucher, tant que rien de pénalement répréhensible ne vient s’y mêler.

Face à ce phénomène nouveau qui ne pourra que prendre de l’ampleur, une seule solution s’impose : assumer que l’on veut vivre comme avant, quoi qu’il en coûte.

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.