LE PALMARES DE LA HONTE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

7ème édition du palmarès de la féminisation des instances dirigeantes des entreprises du sbf120

Peut mieux faire… Les quotas mis en place depuis près de 10 ans ont permis de féminiser les conseils d’administration des entreprises du SBF 120. Mais pas les instances dirigeantes. Du moins pas encore. 

Les taux de féminisation des comités exécutifs atteint les 20%, en augmentation de 8,4% entre 2013 et 2019 (21,4%).

Progression : 1,4% par an !

Le Top 100 enregistre une augmentation de 7,7% entre 2013 et 2019 (26,2%).

Progression : 1,28% par an

Et pourtant La loi portée par Jean-François Copé et Marie-Jo Zimmermann impose depuis janvier 2011 un quota de 40% de femmes dans les conseils d’administration des grandes et moyennes entreprises.

Le jeu en vaut la chandelle puis que la corrélation entre la féminisation et la performance des entreprises a été mise en évidence.

Après avoir simulé un portefeuille boursier composé d’actions d’entreprises dont l’encadrement est féminisé à plus de 40%, Michel Ferrary, chercheur à la Skema Business School et directeur de l’Observatoire de la féminisation, a démontré qu’ainsi, « on surperforme le CAC 40 » sur le moyen et long terme. Au-delà du genre, les femmes apportent une autre diversité dans le profil d’éducation : elles sont deux fois plus nombreuses à être diplômées de l’université, selon l’étude.

Le respect de la diversité constitue un critère de taille dans le choix non seulement « des millenials » en tant que futurs employés, mais aussi dans celui des constitutions de portefeuilles financiers, souligne Isabelle Bourcier, de BNP Paribas AM. D’où l’idée de quotas, à laquelle réfléchit aussi Bercy, pour accélérer le processus. « Quand il n’y a pas de quota, les entreprises s’octroient des libertés », met en garde Michel Ferrary, évoquant le phénomène d’ « évadés sociaux». Ces « entreprises françaises dont le siège se trouve à l’étranger ont un conseil d’administration qui comporte systématiquement moins de 40% de femmes », selon lui.

La féminisation c’est la performance des entreprises

Michael John DOLAN, fondateur Women Today

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.