Le « covid » est masculin. Adieu la Covid !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

N’en déplaise à l’Académie française qui, malgré l’usage, avait opté pour le féminin. Chacun son genre !

Le dictionnaire français Le Petit Robert estime dans son édition 2022 que « l’usage fait loi » et que le mot « covid » s’écrit avec une minuscule et est de genre masculin.

Le Petit Robert estime que le terme « covid » est plus fréquemment masculin, contrairement au Larousse qui le considère comme plus souvent « féminin ».

Le débat de l’année

Le mot «  Covid-19  » à l’origine adopté par l’Organisation mondiale de la santé et abréviation du terme anglais « Corona Virus Disease », a régulièrement suscité l’hésitation sur le genre dans les pays francophones.

Dans sa nouvelle édition du dictionnaire 2022, Le petit Robert estime que, « c’est l’usage qui fait loi. Si le féminin est adopté au Canada francophone, le masculin est pour l’instant majoritaire en France, où l’avis de l’Académie française a été rendu tardivement, alors que le masculin était déjà bien implanté ». Aussi, il distingue le terme générique de « covid » de celui de « Covid-19 ». 

Le dictionnaire apporte également des précisions sur le fait que « covid » s’écrit avec une minuscule. Son concurrent, le Larousse, quant à lui, met systématiquement une majuscule et autorise aussi bien « COVID-19 » que « Covid-19 ».

Un florilège de nouveaux mots avec la pandémie

Dans cette nouvelle édition, font leur entrée des mots tels que : « déconfinement », « distanciel », « cas contact », ou encore « saturomètre » (« appareil qui mesure la saturation du sang en oxygène »). Pour ce qui est des noms propres, le Premier ministre Jean Castex, l’astronaute Thomas Pesquet, ainsi que le président américain Joe Biden sont les petits nouveaux dans les pages du célèbre dictionnaire.

Réagir, intervenir, suggérer ? Nous vous écoutons : contact@womentoday.fr

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.