« La science n’est pas si difficile, c’est juste un mythe. Les femmes sont aussi douées que les hommes »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Dans un entretien avec Esau Williams de BBC Focus on Africa, elle parle de ce qui l’a motivée à entreprendre une carrière scientifique et de la façon dont elle espère inspirer d’autres femmes dans ce domaine.

« La science n’est pas si difficile, c’est juste un mythe. Les femmes sont aussi douées que les hommes », dit-elle.

Une femme motivée et concentrée

« Je suis une personne très concentrée et je ne crois pas à l’impossible. Ce que les gens considèrent comme impossible est pour moi un défi. Personne ne peut me décourager et je crois toujours qu’il faut se concentrer sur tout ce que je fais pour réaliser que c’est faisable », soutient-elle.

La professeure Swai a reçu cette prestigieuse récompense continentale ainsi qu’un prix en espèces de 20 000 dollars

« J’étais très heureuse. J’étais extrêmement enthousiaste car ce prix était très compétitif. Des centaines de femmes avaient posé leur candidature », explique-t-elle.

Pourquoi y a-t-il si peu de femmes inventeurs ?

(Les femmes inventeures représentent un peu moins de 13 % des demandes de brevets dans le monde)

« J’utilise la nanotechnologie, qui est ma formation et mon expertise, pour améliorer la disponibilité des extraits de plantes existants qui sont très puissants mais manquent par exemple de solubilité », explique-t-elle à la BBC.

Son travail dans le domaine des nanotechnologies a permis d’étudier des médicaments antipaludiques plus efficaces et, par l’intermédiaire de la Banque mondiale, elle a contribué à obtenir des millions de dollars pour financer les chercheurs africains.

« J’ai réussi à réunir 7,5 millions de dollars américains (+de 4 milliards FCFA), ce qui fait que je reçois une centaine d’étudiants qui ont été parrainés grâce à mes efforts », révèle la chercheuse.

Source BBC News

Pr Hulda Swai, professeure tanzanienne de sciences de la vie et de bio-ingénierie, a été désignée lauréate 2020 du prix continental Kwame Nkrumah de l’Union africaine (UA) pour l’excellence scientifique.

Dans un entretien avec Esau Williams de BBC Focus on Africa, elle parle de ce qui l’a motivée à entreprendre une carrière scientifique et de la façon dont elle espère inspirer d’autres femmes dans ce domaine.

« La science n’est pas si difficile, c’est juste un mythe. Les femmes sont aussi douées que les hommes », dit-elle.

Une femme motivée et concentrée

« Je suis une personne très concentrée et je ne crois pas à l’impossible. Ce que les gens considèrent comme impossible est pour moi un défi. Personne ne peut me décourager et je crois toujours qu’il faut se concentrer sur tout ce que je fais pour réaliser que c’est faisable », soutient-elle.

La professeure Swai a reçu cette prestigieuse récompense continentale ainsi qu’un prix en espèces de 20 000 dollars

« J’étais très heureuse. J’étais extrêmement enthousiaste car ce prix était très compétitif. Des centaines de femmes avaient posé leur candidature », explique-t-elle.

Pourquoi y a-t-il si peu de femmes inventeurs ?

(Les femmes inventeures représentent un peu moins de 13 % des demandes de brevets dans le monde)

« J’utilise la nanotechnologie, qui est ma formation et mon expertise, pour améliorer la disponibilité des extraits de plantes existants qui sont très puissants mais manquent par exemple de solubilité », explique-t-elle à la BBC.

Son travail dans le domaine des nanotechnologies a permis d’étudier des médicaments antipaludiques plus efficaces et, par l’intermédiaire de la Banque mondiale, elle a contribué à obtenir des millions de dollars pour financer les chercheurs africains.

« J’ai réussi à réunir 7,5 millions de dollars, ce qui fait que je reçois une centaine d’étudiants qui ont été parrainés grâce à mes efforts », révèle la chercheuse.

Source BBC News

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.