La presse invente un monde sans femmes !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Après Le Parisien, c’est maintenant les Echos qui efface les femmes

C’est une Une qui n’est pas passée inaperçue. Le Parisien, dans son édition du 5 avril, tente de se projeter vers “le monde d’après” crise du Covid-19 et met en avant quatre personnalités censées “raconter le monde d’après”. L’ancien ministre et actuel commissaire européen Thierry Breton, l’essayiste Yascha Mounk, le généticien Axel Kahn et le climatologue Jean Jouzel.

Problème: les quatre hommes qui sont à l’honneur démontrent un “nouveau monde” bien uniforme et sans aucune femme.

Et dans l’édition des Echos du 20/04, six patrons de PME expliquent leurs vies chamboulées à cause du Covid. A croire que les femmes dirigeantes de PME n’existent pas ou bien qu’elles, les femmes, ne sont confrontées à aucun problème.

Alors que la parité dans les médias commençait à peine à poindre le bout de son nez avant la crise du coronavirus, le “monde d’après” proposé par ces journaux est loin de plaire, sur tous les bords politiques et au-delà.

Quel bel exemple de parité !

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.