La pilule réduirait certaines régions du cerveau

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Selon une nouvelle étude, la région de l’hypothalamus est plus petite chez les femmes qui prennent des contraceptifs oraux

L’étude a révélé que les femmes prenant la pilule, ou contraceptifs oraux, avaient un hypothalamus plus petit que les femmes ne prenant pas la pilule. L’hypothalamus est une structure de la taille d’un petit pois au plus profond du cerveau qui aide à réguler les fonctions involontaires, comme l’appétit, la température corporelle et les émotions. Elle sert également de lien entre le système nerveux et le système endocrinien, un réseau de glandes qui produisent des hormones.

La nouvelle étude, qui sera présentée le 4 décembre par la Radiological Society of North America, est la première à examiner les effets de la pilule sur l’hypothalamus. Pour évaluer le volume de la structure, les chercheurs ont utilisé l’IRM de 50 femmes, dont 21 prenaient une pilule combinée – un type courant de pilule contraceptive qui fournit une dose d’œstrogène synthétique et de progestatif. L’équipe a également demandé aux femmes de remplir des entrevues en ligne et des tests normalisés pour évaluer certains aspects de leur humeur, de leur personnalité et de leurs fonctions cognitives.

En moyenne, les femmes qui prenaient la pilule avaient un hypothalamus inférieur d’environ 6% à celui des femmes qui ne prenaient pas la pilule, selon l’étude. Pour une région du cerveau,  » c’est une différence assez importante « , a dit M. Lipton. Il est encore trop tôt pour conclure comment les contraceptifs oraux affectent le cerveau, le cas échéant. « Nous ne disons pas que les gens devraient s’enfuir et jeter leurs pilules contraceptives « , dit-il. Au contraire, les résultats pourraient simplement indiquer une question qui mérite plus de recherche, a-t-il ajouté.

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.