La langue française est devenue sexiste !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Le sexisme s’incruste dans les moindres interstices de la langue française

La langue est un « miroir culturel, qui fixe les représentations symboliques, et se fait l’écho des préjugés et des stéréotypes, en même temps qu’il alimente et entretient ceux-ci ». Habitué·e·s à parler notre langue depuis la naissance, nous n’avons pas conscience des phénomènes d’invisibilisation des femmes et de leur dévalorisation qui peuvent s’y jouer. Mise en lumière de « petites règles » et particularités sémantiques qui contribuent au sexisme ambiant.

Au cours du 17e siècle est apparue une déferlante de modifications des règles grammaticales qui désormais favorisaient dans de nombreux cas le genre masculin au détriment du genre féminin lorsque des grammairiens ont subitement décrété que le genre masculin était plus noble que le féminin. Ces réformes de la langue française à visée sexiste s’inscrivent dans les rapports de force entre les sexes de l’époque. En grammaire, la règle « le masculin l’emporte sur le féminin » résonne en nous depuis notre petite enfance.

Jusqu’au 16esiècle, la langue française n’éprouvait pas de difficulté pour féminiser tous les noms de métier, y compris « nobles », parce que les femmes commençaient à les exercer. L’on trouvait ainsi des formes comme chirurgienne, autrice, doctoresse ou médecine sans que l’homonymie de certains mots soit considérée comme problématique. Puis, aux 17eet 18e siècles, la féminisation a été totalement ignorée pour réapparaitre timidement au 19e et 20e et perdurer jusqu’à nos jours, du moins pour les « petits métiers »

« La langue est un système symbolique engagé dans des rapports sociaux. »Elle n’est donc pas neutre et il ne tient qu’à nous d’influer sur son contenu symbolique pour qu’il soit plus respectueux de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.