La Journée Internationale de la femme : qui, quoi, comment ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

La Journée internationale de la femme, également connue sous le nom de JIF, est née d’un mouvement syndical pour devenir un événement annuel reconnu par les Nations unies (ONU).

Cet événement est né en 1908, lorsque 15 000 femmes ont défilé dans la ville de New York pour réclamer des heures de travail plus courtes, de meilleurs salaires et le droit de vote. C’est le Parti socialiste américain qui a déclaré la première Journée nationale de la femme, un an plus tard.

L’idée de rendre cette journée internationale est venue d’une femme appelée Clara Zetkin. Elle a suggéré l’idée en 1910 lors d’une conférence internationale des femmes travailleuses à Copenhague. Il y avait 100 femmes, de 17 pays, qui ont accepté sa proposition à l’unanimité.

La Journée internationale de la femme est devenue une date permettant de célébrer le chemin parcouru par les femmes dans la société, en politique et en économie, tandis que les racines politiques de la journée font que des grèves et des manifestations sont organisées pour sensibiliser les gens aux inégalités persistantes.

Cette année, la campagne de la Journée internationale de la femme a choisi le thème #ChooseToChallenge avec l’idée qu’un monde défié est un monde en alerte et qu’individuellement, nous sommes tous responsables de nos propres pensées et actions.

Et qui peut oublier l’impact de la conversation #MeToo contre les expériences de harcèlement et d’agression sexuelle, qui a commencé en 2017 avec un hashtag sur les réseaux sociaux.

Il s’agit désormais d’un phénomène mondial en pleine expansion, qui continue de mettre en lumière les comportements inacceptables et inappropriés et qui a donné lieu à de récentes et nombreuses condamnations très médiatisées.

Michael John DOLAN

En attendant le 8 mars, revenons sur la journée du 15 mai 1972 :

Reportage sur les journées de dénonciation des crimes contre les femmes organisées à la Mutualité par le MLF.

A la tribune, Anne ZELENSKY, militante historique du mouvement des femmes, rappelle aux hommes qu’ils n’ont pas leur place dans le meeting si ce n’est à la crèche. Interviewé alors qu’il garde les enfants à la crèche, un sympathisant du MLF déclare que la libération des femmes ne passe nullement par l’oppression de l’homme. Des militantes MLF démentent également cette idée reçue. Les pouces joints symbolisant le sexe.

Vous souhaitez réagir, intervenir, suggérer ? Nous vous écoutons :  contact@womentoday.fr

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.