La France s’est arrêtée

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Une opportunité pour décider du chemin que l’on va prendre ?

La France s’est arrêtée. Nous avons quitté nos bureaux pour ne pas y revenir avant un long moment, sans ranger, sans vider les corbeilles, sans se dire au revoir. Une petite mort nous a envahi, la peur nous a submergé et les fondements et croyances sur lesquels nous avions construit de nos existences se dérobent sous nos pieds.

Nous apprenons le vide, le silence, l’ennui, la dématérialisation à marche forcée de nos relations et plus qu’une crise, cette parenthèse dans la vie de l’humanité va faire naître un profond changement de culture.

Plus rien ne sera comme avant.

L’hiver aura englouti nos morts, le printemps deviendra passage et l’été le temps de la renaissance.

Il serait illusoire d’imaginer que nous allons tous retourner travailler comme si rien ne s’était passé. Est-ce l’esprit individualiste dont certains ont fait montre qui prédominera à l’image des batailles rangées pour quelques rouleaux de papier toilette ou ne retiendrons-nous que la valeur des ceux qui ont œuvré pour notre quotidien moyennant des salaires de misère ? Infirmiers, éboueurs, caissiers, livreurs… Je ne sais pas.

Mais quand nous reprendrons le chemin de nos emplois, nos attentes de cette vie auront été passées à la lessiveuse. Certains partiront en province, d’autres envisageront l’exercice de leur métier différemment. Une chose est certaine, les managers vont devoir interroger leurs pratiques. Certains comportements relevant de l’autoritarisme, les tensions inappropriées, les injustices dans les arbitrages, la « non-communication », vont assister sans comprendre à des vagues de portes qui claquent et comptabiliseront les démissions sans avoir vu l’orage arriver.

Il en sera de même au cœur de nos foyers si nous n’y prenons pas garde. En ces périodes de confinement, paradoxalement, nous rencontrons des difficultés à communiquer au quotidien. Les jeunes couples se découvrent trop vite et les vieux voyageurs vont interroger la raison de leur union, le sens de leur existence ensemble. Retrouverons nous des post-it tendres sur le frigo après cette tragédie ? Comment renouerons-nous avec nos familles ? Nos anciens ?

Alors je vous propose de mettre à profit ce temps pour se dire combien l’autre est important dans notre vie, pour assurer nos enfants de notre lien indéfectible, pour prendre soin de soi et de l’être aimé. Nos fragilités sont à nu, chacun peut basculer.

Et c’est certainement une extraordinaire opportunité pour décider du chemin que l’on va prendre. Nous prenons conscience de notre finitude, de la richesse du partage avec son âme sœur, je vous propose d’écrire autrement …  et le temps qu’il nous reste à vivre ressemblera à ce que nous avons décidé d’en faire !

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.