« Je suis qualifiée pour les Jeux Olympique de Pékin »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Ça y est, la liste est complète ! On connait depuis dimanche 16 janvier la liste définitive des 87 sportifs qui représenteront la France aux Jeux Olympiques de Pékin. Ce sont 37 femmes et 50 hommes qui tenteront de faire briller les couleurs bleu-blanc-rouge du 4 au 20 février.

Aujourd’hui nous recevons Gwendoline Daudet, quarante-huit heures avant son départ pour Pékin.

WomenToday

Bonjour Gwendoline, vous êtes qualifiée pour vos premiers Jeux Olympiques à Pékin. Quelle a été votre première réaction à l’annonce de votre qualification ?

Gwendoline Daudet

C’est étrange car encore aujourd’hui je ne réalise toujours pas. Je pense que tant que je n’aurai pas les pieds dans l’avion je n’arriverais pas à y croire ! Plus sérieusement je dirais que c’est un trop plein d’émotions à la fois : de l’excitation, du stress, de la joie, de l’inquiétude etc.

WomenToday

Participer aux JO c’est un rêve d’enfance ou un concours de circonstance ?

Gwendoline Daudet

Jeux Olympique ou non, j’ai toujours voulu faire quelque chose d’extraordinaire dans ma vie. Je me suis tournée assez jeune vers la pratique sportive donc c’est vite apparu comme une évidence.

WomenToday

Et pourtant il semble qu’il y ait un atavisme au regard de votre tante et de sa participation aux JO d’Albertville ?

Effectivement ma tante en a pratiqué à haut-niveau, là pour le coup, que je me retrouve dans cette discipline on peut parler d’un concours de circonstance ! Comme quoi le hasard fait bien les choses.

WomenToday

Gwendoline, afin de mieux vous soutenir et mieux vous supporter, pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste le short-track et les qualités requises pour devenir championne ?

Le Short-track est un sport très complet. Le principe même est de faire la course sur un anneau de 111,12 mètres et selon des distances définies. C’est physique, technique et tactique. Donc pour être performant il faut savoir jouer sur tous les tableaux et être assez polyvalent. Chaque distance (500m-1000m-1500m) à ses spécificités, il faut travailler son explosivité, sa résistance à l’effort, son endurance entre autres.

WomenToday

Vous pratiquez un sport qui est plutôt atypique avec une réelle part de danger avec les chutes et les patins. Comment pourriez-vous définir les sensations qu’il procure ?

Gwendoline Daudet

Effectivement le danger est inhérent à la pratique et c’est peut-être aussi une des raisons qui attire ! Ce sont des sensations fortes, de l’adrénaline, de vitesse, on en devient accro.

WomenToday

Vous évoquez « le coté hasardeux » de votre sport et que c’est une des composantes excitantes de cette pratique. Expliquez-nous.

Gwendoline Daudet

C’est un sport à concurrence direct, ce qui implique qu’on ne peut prédire comment une course va se dérouler. L’adaptabilité est un peu le maître mot de notre discipline, il faut être prêt à tout, savoir réagir à chaque instant. Parier sur du Short-track est peut-être une des choses les plus difficiles. Difficiles de départager le haut du panier et de savoir qui va terminer en tête tant il y a de paramètres qui entrent en compte. Le suspense est du début à la fin de la course !

WomenToday

Malgré votre jeune âge, quel est le pire et meilleur souvenir de votre jeune carrière sportive ?

Gwendoline Daudet

J’ai vécu une période un peu difficile il y a 2 ans de cela. Je me mettais trop la pression, j’avais des attentes trop hautes, je ne prenais plus de plaisir dans ce que je faisais. Alors j’ai craqué, je pleurais à chaque fois que je montais sur la glace, j’angoissais à l’idée de devoir le faire. C’était en quelque sorte un burn-out, j’ai failli tout arrêter. Depuis je me suis promis de ne plus jamais en arriver là et j’ai axé toute ma pratique sur le plaisir. De toute façon j’ai envie de gagner quand je monte sur la glace, pas besoin de remettre l’accent sur la performance. Depuis j’ai fait mes meilleurs résultats, comme quoi ça fonctionne !

Le meilleur serait du coup les Championnats du monde 2021, je me souviens l’ISU nous avait demandé de faire une vidéo pour montrer comment se passait l’intérieur de la bulle sanitaire et on avait fait des choses improbables ! On souligne souvent des résultats comme meilleur souvenir, moi ce dont je veux me rappeler c’est du partage. D’ailleurs je vous conseille d’aller voir cette vidéo, c’est plein de bonne humeur ! D’autant plus que la compétition s’est conclue sur une médaille d’argent, c’est aussi une bonne note de fin.

WomenToday

Une athlète féminine qui pourrait être un modèle pour vous ?

Gwendoline Daudet

J’aime penser qu’on ne devrait pas s’inspirer d’une seule personne mais d’autant qu’il le faut. Alors comme j’essaie de tendre vers cette idéal, toutes les sportives qui se battent pour atteindre le meilleur d’elle-même sans se soucier des médisant ou des obstacles sur leur route. Celles qui ne craignent pas de dire ce qu’elles pensent et de parler pour leurs convictions. Et elles sont nombreuses !

WomenToday

Cette préparation sous bulle et dans l’ombre fut elle un handicap ? Le manque de public dans les arènes, comment l’abordez-vous ?

Gwendoline Daudet

C’est un peu notre quotidien depuis le début de la crise du covid, toute cette préparation sous bulle est en quelque sorte devenu notre quotidien, je ne considère plus ça comme un handicap, c’est devenu une habitude !

Pour ce qui est du public, je suis assez sensible à mon environnement, qu’il s’agisse des lumières, du bruit, donc finalement le public pour moi c’est un peu quitte ou double, ça peut me porter comme ça peut me perturber. Ce dont j’ai besoin c’est de savoir que je suis soutenue, derrière un écran ou de visu ça ne change rien.

WomenToday

Quelle est votre vision du sport féminin ?

Gwendoline Daudet

Ma vision du sport féminin c’est celle du sport en général. Une pratique démocratisée, médiatisé avec des hommes et des femmes qui inspirent les générations suivantes !

WomenToday

Pourquoi êtes-vous engagé en tant qu’ambassadrice de Femix’Sports ?

Gwendoline Daudet

J’ai toujours été très sensible à l’égalité des droits donc l’égalité des genres entre autres. En tant que sportive de haut niveau, j’ai été plus exposé aux problématiques que peuvent rencontrer les femmes dans leur pratiques sportives. J’ai toujours voulu m’investir et prendre part au combat de quelques manières à mon échelle donc l’évidence est vite apparue et j’ai contacté Femix’Sports !

WomenToday

Pensez-vous qu’il est moins difficile d’être un athlète homme que femme ?

Gwendoline Daudet

Il y a des difficultés inhérentes à la pratique, que l’on soit un homme ou une femme ni change rien. La différence d’après moi se fait dans la représentation, moins de sport féminin à la TV, moins d’athlète féminine en haut niveau etc. On ne pousse pas les filles comme les garçons à la pratique sportive donc oui les adaptations ne sont pas les mêmes. On ne prend pas en compte les spécificités féminines physiologique par exemple, on entraîne les filles sur un modèle unique qui est évalué efficace pour un homme.

Le sport féminin intéresse moins, donc il est plus difficile de trouver les moyens financiers. C’est plein de petite barrière qui empêche de s’épanouir pleinement dans sa discipline.

WomenToday

Le sport féminin est-il délaissé par les médias et pas toujours bien représentés par des instances sportives majoritairement féminines ?

Gwendoline Daudet

Je ne pense pas m’aventurer en affirmant que c’est bien le cas. Ce qui est dommage car je pense qu’il y a un vrai marché sur le sport féminin. Il y aurait tout intérêt à développer sa médiatisation. Il faut arrêter de constamment chercher à comparer, à dire que ça n’intéresse pas, c’est juste différent.

WomenToday

Une femme, Nathalie Péchalat, à la tête de votre fédération la FFSG est-ce un atout ?

Gwendoline Daudet

Je parlais de représentation, l’atout est là. Voir des femmes en haut des instances sportives ça démocratise, ça ouvre à d’autres de suivre le même chemin, ça permet une meilleure compréhension de la pratique féminine.

WomenToday

Quel votre objectif pour cette course qui se déroulera dans quelques jours et que pouvons-nous vous souhaiter ?

Gwendoline Daudet

Je n’aime pas mettre des objectifs de performance, notre discipline est à concurrence directe, une petite erreur et le résultat peut énormément varier. Dans tous les cas, à chaque course je pars pour la gagner !

WomenToday

Gwendoline, à vous écouter nous pourrions en déduire que vous êtes féministe. Vous nous le confirmez ?

Gwendoline Daudet

La vraie question est qui n’est pas pour l’égalité de droit pour tout être humain ? Un genre, une couleur, une ethnie ne devrait en rien déterminer une hiérarchie. Je sais la connotation négative qui est associée au mot féminisme, en réalité on ne devrait même pas avoir à le souligner, on devrait tous l’être.

Propos recueillis par Michael John Dolan

Réagir, intervenir, suggérer ? Nous vous écoutons :   contact@womentoday.fr

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.