« Il y a des femmes qui aiment ça »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Voici comment certains hommes parlaient des violences conjugales en 1975… et c’est stupéfiant !

DROITS DES FEMMES – Alors que le Grenelle contre les violences conjugales s’est ouvert ce mardi 3 septembre, l’INA a ressorti une archive vidéo datant de 1975 dans laquelle des hommes s’expriment sur ce sujet, entre minimisation et justification des gifles et des coups de poing.

« Y’a des femmes qui aiment ça par… Je sais pas, par habitude peut-être. Y en a qui aiment être battues. (…) Y en a qui sont pas battues parce qu’elles ont pas besoin d’être battues. » Les témoignages de ces hommes sont glaçants, et confirment que les violences conjugales découlent du sentiment de domination et d’appartenance des hommes sur leurs femmes. L’un d’entre eux estime notamment que battre sa femme pourrait la rendre « plus gentille », « plus amoureuse » de lui. « J’en pense que si moi je veux taper ma femme, je suis sûr qu’elle fera mieux l’amour », ajoute-t-il. « Quand le dialogue n’est pas possible, j’ai vu quelques dessins humoristiques avec : ‘entre-vous ça bien dans la tête’, vous savez ce dessin avec un marteau. Alors avec certaines femmes, faut leur faire rentrer à coup de poing », continue un autre témoin. « Oui on est au courant qu’il y a des femmes battues en France. Je pense que c’est ce qu’il faut attendre des relations entre les êtres humains », estime encore un autre.

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.