L’hécatombe professionnelle s’aggrave !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

2018 : 30 000 burn-out, 3,2 millions de personnes en danger d’épuisement, 400 suicides liés au travail et plus de 4 000 infarctus imputables au stress professionnel…

C’est l’une des conséquences de cette culture du résultat. On estime, à tort, qu’après 45 ans un individu cesse d’être performant, sous prétexte qu’il ne serait pas adapté aux nouvelles technologies. Non seulement c’est faux, mais en plus nous sommes en train de créer des travailleurs qui s’autodétruisent. On pourrait se dire qu’après avoir travaillé pendant 40 ans, on a de l’expérience, on a réalisé quelque chose. Plutôt que d’être dirigé vers cette forme d’accomplissement de soi, on est dirigé… vers la poubelle. 

Il y a encore quelques années, les spécialistes parlaient de « pathologies mentales » pour qualifier la souffrance au travail. Aujourd’hui, on préfère mettre l’accent sur le bonheur au travail. Le risque d’un tel glissement sémantique est un déni de réalité. Transformer un « plan de licenciement » en « plan de sauvegarde de l’emploi », c’est très grave. D’une part, on prive de leur souffrance les gens qui sont licenciés. De l’autre, on fait culpabiliser ceux qui restent en insinuant que c’est pour « sauvegarder leur emploi » qu’on doit se séparer de leurs collègues.

Mais à refuser de nommer la réalité, on risque de ne plus avoir de monde commun.

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.