Havrin Khalaf, violée, lapidée, massacrée…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Une voix kurde pour les femmes et la paix assassinée.

Elle s’appelait Havrin Khalaf. Elle avait 35 ans. Elle était kurde, ingénieure, à la tête du parti Avenir de la Syrie et engagée auprès des femmes dans le nord de la Syrie. Elle a été exécutée par des mercenaires islamistes en plein chaos provoqué par l’offensive turque. 

Havrin Khalaf était connue de toutes celles et ceux qui travaillent dans le nord de la Syrie : diplomates, journalistes, politiques… Tout le monde connaissait le visage et la détermination de cette militante pour la conciliation, la négociation, la paix.

Havrin Khalaf s’investissait auprès des femmes musulmanes dans le Rojava (Kurdistan occidental), auprès desquelles elle défendait le modèle d’égalité hommes- femmes et de coprésidence auquel elle adhérait – l’autre coprésident d’Avenir de la Syrie était un homme, arabe. Le mois dernier encore, elle assistait à un forum des femmes tribales à Tabqa, où elle disait sa fierté au vu des « progrès accomplis par les femmes dans le nord-est de la Syrie sous le gouvernement kurde« .  Selon le rapport du médecin légiste chargé d’examiner le corps à l’hôpital d’Al-Malikyah, elle a été « frappée à la tête avec un objet solide qui a provoqué de multiples fractures du crâne. Les coups qu’elle a reçus sur les jambes ont fracturé les deux os de la jambe gauche. Elle a aussi été frappée avec un objet tranchant sur la face postérieure des jambes. Ses cheveux et la peau du crâne arrachés témoignent qu’elle a été traînée par les cheveux. Elle a ensuite été abattue à bout portant avec une arme à feu de guerre dont les tirs ont fracassé la moitié droite de son visage et emporté une partie de la cervelle. Après sa mort, elle a encore essuyé plusieurs tirs dans le dos et les balles sont ressorties par l’abdomen. »

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.