Grève des femmes vendredi en Suisse

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Les Françaises doivent-elles faire de même pour une égalité de traitement ?

Surprise: la Suisse, ce pays si prospère où règne la paix sociale et qui a adopté depuis longtemps le terme de «cheffe», va connaître une grève de ses femmes historique ce vendredi.

La Suisse n’a jamais brillé en matière de droits des femmes. Les hommes ont dit oui au vote et à l’éligibilité des femmes en 1971 seulement (et encore, le non l’a emporté dans huit cantons). L’égalité est inscrite dans la Constitution fédérale depuis 1981.

Près des deux tiers de la population suisse, soit 63,5%, soutiennent la grève des femmes du 14 juin, concluait un sondage Tamedia publié la semaine dernière. Les femmes sont 70% à soutenir la mobilisation; les hommes, eux, se disent à 57% « pour » ou « plutôt pour ».

Un million de femmes pourraient participer au mouvement vendredi: la Suisse sera mauve et fuchsia. C’est pour cette raison que l’UPS, le patronat suisse, pour qui cette « grève » est illicite, devrait néanmoins fermer les yeux.

Ce mouvement doit-il inspirer les Françaises pour obtenir une égalité de traitement ?

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.