Forum de Davos : où sont les femmes ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Les lieux de pouvoirs connaissent un déficit de représentation de femmes

Seulement un quart de femmes parmi les participants

« Ces sujets semblent bel et bien sortir du radar à Davos et c’est mauvais signe, reconnaît Anne Boring économiste et chercheuse associée au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) et directrice de la chaire pour l’entrepreneuriat des femmes à Sciences Po. Car pour progresser sur ces terrains, deux facteurs sont indispensables : la visibilité d’une part, et les mesures juridiques fortement incitatives d’autre part, imposant par exemple des quotas pour augmenter le nombre de femmes dans les conseils d’administration, comme la loi Copé-Zimmermann a permis de le faire en France. Si le Forum Economique Mondial n’est pas le lieu dédié aux avancées législatives, c’est un espace essentiel de réflexion pour dégager des solutions, et surtout de médiatisation. » Il ne profitera visiblement pas assez à la place des femmes dans l’économie cette année. 

Mais ce n’est pas tout, la gent féminine est cruellement sous représentée durant le Forum : les femmes ne représentent que 24% des participants. C’est toujours 8 points de plus qu’en 2014, où l’on ne comptait que 16% de femmes cette année-là, mais comment justifier la persistance d’un écart aussi important ? A ce jour, les organisateurs n’ont pas répondu à notre question… peut-être gênante. « Des femmes qui comptent dans l’économie et qui militent parfois pour plus d’égalité, on en verra pourtant à Davos, et l’on peut parier qu’elles infuseront la question des inégalités liées au genre dans les conférences dédiées à l’emploi, par exemple, ou aux secteurs classiquement masculins tels que la technologie ou la finance », rassure Anne Boring.

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.