Fête de la musique : les femmes ne sont pas à la fête

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Quand les femmes de l’industrie dénoncent le sexisme.

Après les femmes de l’industrie du cinéma, les femmes de l’industrie musicale font donc leur « #MeToo ».

Elles sont 690 professionnelles signataires d’un manifeste qui dénonce « les propos misogynes, les comportements déplacés récurrents, et les agressions sexuelles qui atteignent en toute impunité la dignité des femmes ». Si le texte porte la trace, y compris dans sa langue, de la vague partie des États-Unis, il montre aussi comment une lutte peut s’affiner et se réfléchir plus que se décliner. 

Mais le manifeste « F.E.M.M » pour Femmes Engagées des Métiers de la Musique, plutôt que d’élargir son propos au combat féministe actuel en général, reconnaît et insiste sur cette spécificité culturelle du milieu de la musique. C’est à mon avis une force qui propulse la vague et évite le vague.

Une spécificité donc mais laquelle ? Les zones de flou entre professionnel et privé, les contextes souvent nocturnes accompagnés d’alcool et de stupéfiants, mais aussi un esprit vernaculaire de l’industrie musicale où les femmes sont naturellement harcelées et diminuées. Ça fait en quelque sorte parti du folklore…

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.