Être une femme est un handicap sur le marché du travail

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

C’est en facilitant l’accès à la formation des femmes qu’il faut agir.

Si l’histoire du travail des femmes a longtemps été marquée par leur invisibilité et leur surexploitation, nous disposons aujourd’hui d’un arsenal juridique important pour garantir une égalité réelle entre les femmes et les hommes.

Les entreprises se sont ainsi engagées de plus en plus fermement sur le terrain de l’égalité. Pour autant, des inégalités persistent dans nombre de domaines. Le Conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes a montré combien le sexisme au travail était une réalité et combien il fragilisait les femmes dans leur sentiment de légitimité.

À ce questionnement Woment Today avec son département formations apportons des réponses éclairées et des solutions concrètes. Le développement de la culture de l’égalité dans les entreprises ne se fera pas sans un accompagnement de toutes celles et tous ceux qui les composent.

La sensibilisation et la formation professionnelles sont des leviers puissants pour aller vers l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

L’enjeu est bien de pouvoir mettre en place des formations pertinentes et efficaces, de prendre ainsi part au mouvement vers l’égalité entre les femmes et les hommes et vers le progrès social.

Quelques chiffres :

Les femmes plus diplômées dans l’UE :

♀         44 %

♂         34 %

Des filières très sexuées :

Lettres et sciences humaines                                        Formations paramédicales, sociales

♀         70 %                                                                ♀         85 %

♂         30 %                                                                ♂         15 %

Formations ingénieurs                                                 Formations numériques

♀         27 %                                                                ♀         15 %

♂         73%                                                                 ♂         85 %

Une discrimination à poste et compétences égales :

Ecart de revenus salarial ♂ / ♀ :           24%

Les femmes représentant 47% des bénéficiaires potentiel.le.s, on peut faire deux remarques : elles bénéficient nettement moins du plan de formation de l’entreprise, et beaucoup moins des périodes de professionnalisation.

Par ailleurs, si elles semblent favorisées dans le cadre des conventions collectives par les versements complémentaires conventionnels, elles restent défavorisées lorsqu’il s’agit de versements volontaires des entreprises elles-mêmes. Tout se passe comme si, lorsqu’il revient aux entreprises de décider, elles arbitrent en faveur des hommes pour décider des bénéficiaires de formation.

L’accès à la formation reste cependant inégalitaire

Compte tenu des données disponibles, il semblerait donc que malgré ces réformes, l’accès à la formation reste différencié selon :

· l’âge : entre 25 et 54 ans, une personne en emploi sur deux a participé au moins une fois à une formation contre une sur trois entre 55 et 64 ans;

· la taille de l’entreprise : 34% des salarié.e.s dans les entreprises de de 10 salarié.e.s ou moins ont eu accès à une formation, 65% dans les établissements d’au moins 250 salarié.e.s ;

· le niveau d’activité : 68% des cadres ont eu accès à une formation contre 37% des ouvrier.ère.s ;

· la qualification : 66% des personnes ayant un niveau supérieur à bac +2 ont eu accès à une formation contre 25% des personnes n’ayant aucun diplôme ;

· le sexe : avec une amélioration par rapport à 2013 où le taux d’accès était de 47 % pour les hommes contre 42 % pour les femmes, il demeure encore une très légère différence avec 45% pour les premiers et 43 % pour les secondes.

43% contre 45% : la différence peut paraitre faible, et, puisqu’elle est en diminution, on pourrait ne pas s’en formaliser. Cependant, si nous déclinons les chiffres selon différentes catégories comme le fait l’étude du Céreq nous observons de nombreux écarts, beaucoup plus inquiétants.

Parmi les cadres, l’inégalité d’accès est sensible : 57 % des femmes cadres se sont formées contre 62 % des hommes.

· La tendance s’accentue en ce qui concerne les moins qualifié.e.s : huit points séparent les taux d’accès à la formation des hommes et des femmes employé.e.s et jusqu’à neuf points ceux des hommes et des femmes ouvrier.ère.s.

· Les professions intermédiaires constituent la seule catégorie où les femmes se forment plus que les hommes. Elles y occupent en effet des fonctions plus souvent tertiaires, pour lesquelles les taux d’accès à la formation sont parmi les plus élevés. Mais il peut s’agir de formations courtes « obligatoires » par exemple pour utiliser un nouveau logiciel bureautique.

· La situation est plus favorable aux femmes dans la Fonction publique. En 2008, le nombre moyen de jours de formation suivis par les femmes est supérieur aux hommes, toutes catégories confondues. Cet avantage comparatif est encore plus accentué pour les agents de catégorie A.

· La présence d’enfants est un facteur essentiel d’inégalité d’accès : l’accès aux formations professionnelles en 2012 pour les mères d’enfants de moins de 6 ans restait inférieur à celui des autres populations, y compris des femmes sans enfants.

· L’écart d’accès à la formation entre hommes et femmes est plus important dans les plus grandes entreprises.

C’est bien en facilitant l’information sur les formations et l’accès à la formation des femmes qu’il faut agir, et c’est bien en incitant les DRH et les dirigeants d’entreprise à le faire que l’on ira vers plus d’égalité professionnelle. Or, ce n’est pas toujours ce qui se passe.

Les femmes ont moins accès à l’information sur les formations offertes par leurs entreprises (23% déclarant n’être pas informées contre 16% des hommes), la différence provenant essentiellement de l’attitude de leur hiérarchie, 41% des hommes recevant principalement l’information sur les possibilités de formation par leur hiérarchie contre 35% des femmes.

Les chiffres sont clairs, être une femme reste un handicap sur le marché du travail français. De fait, les femmes ne représentent que 36% des 3,5 millions de cadres, l’écart salarial entre les hommes et les femmes reste très élevé et ne se comble presque pas depuis 25 ans.

WTformations propose des solutions formations innovantes, uniquement, « sur-mesure » spécifiquement adaptées à vos besoins, à vos objectifs, à vos salariés, et à votre environnement.

Fort de plus de 20 ans d’expérience dans l’univers des grandes écoles et de l’executive education et accompagné par une équipe de professionnels, nous mettons à votre disposition des moyens adaptés afin de vous guider, vous accompagner dans cette démarche de parité.

Michael John DOLAN

WTformations – Women Today

michaeljohndolan@womentoday.fr

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.