5 December, 2020
HomeJe m'informeDes femmes victimes d’attaques à l’acide se montrent au monde pour dénoncer cette barbarie

Des femmes victimes d’attaques à l’acide se montrent au monde pour dénoncer cette barbarie

Les raisons de ces attaques sont le rejet par les femmes d’avances sexuelles ou d’offres de mariage

En Inde, où se cachent des femmes souffrant d’attaques acides qui acceptent de faire cette séance photo. Un acte admirable. C’est une pratique qui foisonne, non seulement en Inde, mais dans les régions d’Afrique du Nord et du Sud-Est, du Moyen-Orient et de l’Afrique subsaharienne . Malheureusement, elle est également en plein essor en Amérique latine. Aujourd’hui, une série photos veut montrer au monde ce drame.

Chaque année, environ 1 500 attaques acides se produisent dans le monde . Les conséquences physiques et psychologiques de ces attaques rendent la proportion de tentatives de suicide parmi les victimes très élevée. Beaucoup d’entre elles sont soumises à d’innombrables opérations chirurgicales pour tenter d’atténuer les effets de l’acide, mais la stigmatisation que les victimes portent en elles depuis lors est à la base de telles actions.

« Les raisons les plus fréquentes de ces attaques sont le rejet par les femmes des avances sexuelles ou des offres de mariage », explique John Morrison, directeur de l’ASTI  (Acid Survivors Trust International) , une organisation qui enquête sur ces cas dramatiques, qui dans le monde qui atteignent 1 500 cas par an. Cette même organisation souligne que 80% des victimes sont des femmes, et dans 90% des cas, ce sont les hommes qui jettent l’acide.

En 2013, la Cour suprême de l’Inde a adopté des lois visant à contrôler les ventes d’acide. Mais le problème réside dans sa mise en œuvre. Selon Alok Dixit, fondateur de Stop Acid Attacks , dans une interview au réseau espagnol CNN :

« Oui, la loi est écrite sur papier, mais il est possible de trouver facilement de l’acide sur les marchés locaux. Nous avons besoin que le gouvernement soit actif dans l’application de la loi pour réglementer les ventes d’acide.»

Les photographies présentées ci-dessous ont été prises par Rahul Saharan de l’association Stop Acid Attacks.

Share