Depuis 9h22 ce mercredi, les femmes travaillent gratuitement

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Le 3 novembre à 9h22 : cette année, c’est ce mercredi matin que les femmes commencent à travailler bénévolement jusqu’à la fin de l’année. Les Glorieuses, une newsletter féministe lancée en 2015, calcule tous les ans cette date, symbole des inégalités hommes-femmes.

Le 7 novembre à 16h34 en 2016, le 6 novembre à 15h35 en 2018, le 4 novembre à 16h16 en 2020… Cette année, c’est à partir de 9h22 ce mercredi 3 novembre, que les femmes françaises commencent à travailler gratuitement si l’on se réfère aux écarts de salaire entre les sexes. Le constat de l’année 2021 est sans appel : 16,5 % d’écart salarial (selon Eurostat, l’organisme de statistiques de l’Union Européenne) au détriment des femmes, c’est 1 point de plus qu’en 2020. Un pourcentage « en hausse constante depuis 2018 », précise même l’économiste Rebecca Amsellem qui a réalisé, pour la première fois en 2016, ce calcul annuel datant le moment précis où les femmes travaillent bénévolement jusqu’à la fin de l’année. Une date chargée de rappeler que le principe « à travail égal, salaire égal », inscrit dans la loi depuis presque 50 ans, n’est toujours pas respecté.

C’est de cette façon symbolique que la fondatrice de la newsletter féministe Les Glorieuses (suivie par 150 000 personnes), a lancé le mouvement pour l’égalité salariale. Au programme ce mercredi : outre la diffusion du hashtag #3Novembre9h22 sur les réseaux sociaux pour sensibiliser à cette thématique, Rebecca Amsellem lance une pétition avec trois propositions de politiques publiques chargées de combattre les ressorts de ces iniquités, à l’attention des candidats et candidates à l’élection présidentielle.

Source : Le Parisien

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.