Découverte d’une civilisation vieille de 4 000 ans… dirigée par des femmes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Des archéologues ont récemment trouvé, en Espagne, des os et objets funéraires qui auraient appartenu à une dirigeante.

Une femme aurait-elle fait régner l’ordre dans une partie de l’Europe il y a de cela 4 000 ans ? L’hypothèse est probable, à en croire de récentes découvertes archéologiques réalisées en Espagne, explique Courrier international, d’après une information de la revue Antiquity, le 11 mars.

La trouvaille scientifique, des os humains vieux d’environ 4 000 ans, a été réalisée sur le site funéraire de La Almoloya, dans la province de Murcie, dans le sud-est de l’actuelle Espagne. Les restes appartiennent à une femme et un homme et ont été retrouvés en présence de nombreux objets funéraires, « ce qui suggère que [ces personnes] étaient éminentes dans la société argarique », affirme au New Scientist l’une des participantes de l’étude, Cristina Rihuete Herrada, de l’université autonome de Barcelone. Cette culture, El Argar, dominait cette région du vieux continent à l’âge de bronze, jusqu’en 1 550 avant notre ère.

Un diadème en argent sur la tête de la défunte

Les défunts n’auraient pas eu de lien de parenté, attestent des analyses ADN, mais étaient peut-être mariés. New Scientist écrit ainsi qu’« un lien de filiation direct a été établi avec une petite fille inhumée sous un bâtiment voisin et qui était peut-être leur fille ». Mais le plus exceptionnel n’est pas là : la majorité des objets funéraires retrouvés l’ont été avec le corps de la femme. Les restes étaient même accompagnés d’un diadème en argent, placé sur son crâne. De quoi laisser penser que cette femme, qui aurait eu 25 à 30 ans, était une dirigeante de la société d’El Argar.

L’homme, lui, « a été enterré avec une dague et présentait des blessures indiquant qu’il avait beaucoup monté à cheval », selon New Scientist. Il présentait aussi une lésion crânienne qui avait cicatrisé bien avant son décès, ce qui semble révéler, là encore, que le défunt était un guerrier.

Qui sera la prochaine ?

Photo : Figure féminine assise en chlorite et calcaire. Nord de l’Afghanistan, ancienne Bactria, vers -2500 -1500 avant J.C.

Réagir, intervenir, suggérer ? Nous vous écoutons :  contact@womentoday.fr

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.