26 September, 2020
HomeFormationsChangez vos méthodes de travail : accordez des facilités d’horaires pour les mères et pères de jeunes enfants

Changez vos méthodes de travail : accordez des facilités d’horaires pour les mères et pères de jeunes enfants

Disposer de temps et de droits pour s’occuper de ses enfants

Enfants et adolescents : un besoin de présence parentale se poursuivant au-delà de l’âge préscolaire.

 L’Insee recensait en 2013 14,2 millions d’enfants mineurs cohabitant avec au moins un de leurs parents1 2,3 millions d’entre eux ont moins de trois ans. La fonction parentale demande une forte mobilisation des parents, incluant notamment une présence effective auprès de l’enfant ou de l’adolescent, des moments réguliers d’échanges, d’activités communes (repas, loisirs), et un investissement dans la scolarité. Elle nécessite une implication tout au long de la vie de l’enfant, dans le cadre notamment des soins apportés aux jeunes enfants, de la gestion des moments de crises, ou pour faire face aux imprévus. Préserver un temps parental de qualité ne doit plus s’opposer pas à l’exercice d’une activité professionnelle. Cet engagement doit être reconnu par la société comme un investissement positif, demandant que les contraintes de temps qui pèsent sur les parents soient mieux réparties et assouplies.

Les parents d’enfants de moins de 18 ans : un impact important sur les carrières professionnelles et les retraites des femmes.

En 2013, 8 millions de familles, dont 1,8 million de familles monoparentales, comprennent au moins un enfant mineur. Même si l’enquête « Etude des relations familiales et intergénérationnelles » montre qu’un mode de partage plus égalitaire concerne désormais environ 30% des couples, essentiellement aux deux bouts de l’échelle sociale, les femmes continuent cependant d’assumer majoritairement l’exercice du temps parental4 et l’aide aux proches dépendants. Pour exercer leurs responsabilités parentales, elles peuvent avoir recours à l’interruption d’activité professionnelle, au temps partiel ou infléchir leur carrière. Ces modifications de comportement d’activité peuvent avoir des impacts négatifs sur les rémunérations et la retraite des mères.

Les différences de carrières professionnelles entre femmes et hommes se traduisent également par des écarts d’âge de départ à la retraite et de niveau des pensions6. Les femmes partent en moyenne un an plus tard à la retraite que les hommes. Avec la progression de l’activité féminine et la montée en charge de certains droits familiaux liés aux enfants, l’écart se réduit mais demeure important parmi les jeunes retraités.

Travail à temps partiel, aménagements d’horaires et télétravail

L’aménagement du temps de travail, des horaires ou du lieu de travail (recours au télétravail) constituent des solutions adaptées à la prise de temps familial. La demande de souplesse et de restauration d’un certain contrôle sur son emploi du temps est à ce titre la mesure la plus réclamée des salariés. De nombreux sondages font état d’une attente forte en la matière. Le contexte de mutations du travail et de transition numérique offre une nouvelle dynamique susceptible de faire émerger des réponses à ces demandes des salariés, également pertinentes du point de vue des besoins des entreprises.

Certaines pratiques d’entreprises en attestent : abandon de la référence temporelle traditionnelle du travail, annualisation des horaires, semaine compressée, partage de poste, planification des horaires atypiques, télétravail, arrangements entre collègues informels se développent avec une certaine diversité dépendant du secteur, de la taille, du contexte et de la population employée dans l’entreprise. En matière d’aménagements individuels du temps de travail, la réglementation a également évolué progressivement dans le sens d’un assouplissement. Les demandes individuelles de passage à temps partiel ou d’aménagement d’horaires demeurent cependant aujourd’hui largement encadrées. En matière de télétravail cependant, l’ordonnance de septembre 2017, relative « à la prévisibilité et à la sécurisation des relations de travail » améliore sensiblement le régime juridique du travail à distance. Le télétravail évolue désormais comme une « modalité normale » de travail. Ainsi aujourd’hui, toutes formes confondues, environ 30 % des salariés français bénéficient de dispositifs souples « à la demande » (10 % pour les pratiques les plus innovantes donnant du contrôle sur son emploi du temps) permettant une certaine flexibilité individualisée du temps et du lieu de travail, bénéfique à leur besoin de conciliation. La France connaît cependant un certain retard dans ce domaine, puisque ce pourcentage s’élève à plus de 50% dans plusieurs pays nordiques et anglo-saxons.

Share