Centrale-Supélec : le scandale des violences sexuelles

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

La direction de la prestigieuse école d’ingénieurs CentraleSupélec a saisi la justice après une enquête menée auprès des élèves, qui a révélé une centaine d’agressions sexuelles et viols déclarés lors de l’année universitaire 2020-2021.

Déflagration au sein de la prestigieuse école d’ingénieurs CentraleSupélec après la révélation d’une centaine de faits de harcèlements sexuels, agressions sexuelles et viols sur l’année universitaire, qui a motivé l’ouverture d’une enquête préliminaire, selon le parquet d’Evry, sollicité par l’AFP.

Menée auprès de 2.386 élèves, une étude diligentée par la direction à la demande de l’association de lutte contre le sexisme Çapèse, a mis « en évidence des situations de violences sexistes et sexuelles particulièrement préoccupantes », s’est alarmée jeudi CentraleSupélec dans un communiqué.

Selon cette enquête, 51 femmes et 23 hommes ont déclaré avoir été victimes de harcèlement sexuel lors de l’année universitaire 2020-2021, 46 femmes et 25 hommes d’agression sexuelle (« un contact physique avec une partie sexuelle -fesse, sexe, seins, bouche, entre les cuisses- commis par violence, contrainte, menace ou surprise ») et 20 femmes et 8 hommes de viol (« un acte de pénétration commis par violence, contrainte, menace ou surprise »).

Parmi les étudiants ayant déclaré avoir subi l’une de ces violences, « près de 9 sur 10 ont indiqué que leur agresseur serait un autre élève et que les faits se seraient déroulés dans un contexte associatif ou au sein de la résidence étudiante », a précisé Supélec.

Le parquet saisi des faits

« Face à la gravité des faits déclarés par les participants à cette enquête inédite, le directeur de l’école Romain Soubeyran a décidé d’alerter dans un courrier la procureure de la République d’Evry », afin que « soient envisagés des moyens complémentaires de prévention, d’action et d’accompagnement des victimes, mais également des moyens de sanction des auteurs », a ajouté l’école.

Suite au signalement, le parquet d’Evry a ouvert une enquête préliminaire pour des faits de harcèlement sexuel, agressions sexuelles et viols, et confié les investigations aux enquêteurs spécialisés de la brigade de recherches de Palaiseau, a précisé le ministère public.

« Les résultats de cette enquête nous ont sidérés », a encore déclaré le directeur de l’école, cité dans le communiqué. « Si nous sommes engagés de longue date dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, nous étions loin d’en prendre l’exacte mesure », a-t-il ajouté.

« Les résultats de notre questionnaire sont alarmants, mais ils nous semblent nécessaires pour que tout le monde prenne conscience de l’ampleur du problème des violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur », a indiqué de son côté l’association Çapèse sur Twitter.

Sources : © Challenges avec AFP

Women Today développe des formations spécifiquement destinées aux étudiant.e.s, et encadrant.e.s, de l’enseignement supérieur afin de sensibiliser, informer et former l’ensemble des parties prenantes. Centrale-Supélec ne peut pas être un cas isolé. Découvrez nos formations en nous contactant : contact@womentoday.fr

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.