Caroline Aigle, première femme pilote de chasse en France

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Elle avait été « macaronée », comme disent les aviateurs, en mai 1999. Depuis lors, elle pilotait des Mirage 2000-5, l’un des avions les plus modernes de l’armée de l’air.

Caroline Aigle était non seulement pilote de chasse, mais également poly­techni­cienne et championne du monde militaire de triathlon ! Et elle se préparait sérieusement à réaliser son rêve, qui était d’aller dans l’espace. Pour cela, elle avait entrepris une thèse de physique et apprenait le russe…

Ce qui caractérise cette femme, au-delà de ses capacités in­tellec­tuelles et physiques, c’est d’a­bord son exceptionnelle volonté. Lorsqu’elle vou­lait faire quelque chose, elle s’en donnait les moyens.

Sacrifices et obstination

Caroline Aigle est parvenue au grade de commandant, avec à son actif 1 542 heures de vol. Mais que de sacrifices et d’obstination pour en arriver là. Dans sa biographie, le journaliste Jean-Dominique Merchet raconte le premier coup de gueule mémorable de la jeune fille.

Sitôt après son entrée à l’X en 1994, elle doit choisir son affectation pour le service militaire : « Caroline se lève dans l’amphi et demande carrément l’infanterie, la reine des batailles. Stupeur dans l’encadrement de l’École. On n’a jamais vu cela.» On lui ordonne de disposer. Qu’à cela ne tienne, elle se rend chez le général qui commande l’École et demande à voir le règlement qui interdit l’infanterie aux femmes. Il n’existe pas. Elle obtient finalement le droit d’aller courir, monter des embuscades, dormir à la belle étoile et tirer à la mitrailleuse, avec les hommes. Lorsque la carrière de pilote de chasse est ouverte aux femmes, elle s’y engouffre, en commençant par passer son brevet de pilote à Saint-Cyr, dans le privé. Elle sait qu’elle s’engage dans un parcours du combattant. Toutefois, un rêve secret lui donne des ailes : elle veut aller dans l’espace.

La voie des chevaliers du ciel

En devenant astronaute, cette triathlète inépuisable, assoiffée de savoirs, pourra repousser encore les limites.

Après l’X, la voilà à l’École de l’air de Salon-de- Provence, puis à l’École de l’aviation de chasse à Tours où elle apprend la voltige, le vol en formation serrée, le vol de nuit et même le vol avec une bâche opaque sur la verrière de l’avion. C’est là qu’elle rencontre son futur mari, qui est son moniteur. En mai 1999, Caroline Aigle reçoit enfin son brevet.

Comme Guynemer, elle choisit la voie des chevaliers du ciel, le combat en vol contre d’autres pilotes, plutôt que le largage de bombes. Puis elle pose ses valises à la base aérienne de Dijon.

Une nouvelle course d’obstacles

Mais seules les valises demeurent à terre. La jeune femme, désormais aux manettes d’un Mirage, a fort à faire depuis les attentats du 11 septembre 2001, qui provoquent une multiplication des opérations de surveillance aérienne du territoire. Elle commence également à préparer le vol spatial auquel elle n’a jamais cessé de songer. Cours de russe, cours d’astrophysique, son modèle est Claudie Haigneré, bac +19.

Elle prend contact avec la ministre, qui l’assure de son soutien. « Caroline mesure parfaitement dans quelle nouvelle course d’obstacles elle s’engage. Six à huit mois de sélection. Des tests médicaux à n’en plus finir, des épreuves physiques qui ressemblent parfois à de la torture […], des entretiens psychologiques, etc. Repartir de zéro, comme le jour où elle a décidé de devenir pilote de chasse», écrit J.-D. Merchet.

C’est à ce moment que la trajectoire supersonique de Caroline Aigle se brise, fauchée en plein vol par un cancer. « Tout va si vite, à peine le temps d’en profiter », a écrit un jour l’aventurière à propos de l’une de ses virées aériennes. De même, son passage sur Terre n’aura duré qu’un bref émerveillement.

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.