20 October, 2020
Home« #Balance ton stage, lutter contre le sexisme en entreprise »

« Elle, c’est pas pour ses compétences qu’elle est encore là. »

26 juillet 2020, lancement du compte Instagram #Balancetonstage. 

« Elle, c’est pas pour ses compétences qu’elle est encore là. », « Alors, qui va bien pouvoir te sauter ce soir ? », « Descends de la voiture, ça au moins c’est un métier de femmes. », « On va faire des bêtises tous les deux » …

Son but, dénoncer et sensibiliser autour de la question du sexisme en entreprise, notamment celui qui touche les stagiaires. Très vite, sur le compte, les témoignages affluent. Ils visent des organisations de toutes tailles et issues de tous les secteurs. Ils proviennent d’étudiant.e.s en école d’ingénieur, en droit, en BTS, en CAP,  à la fac, en école de commerce … Mais aussi de personnes aujourd’hui dans la vie active, qui décident de parler des années après. 

« Merci de nous libérer de nos hontes », « Parler me soulage d’un certain poids », “Ca me donne de la force de pouvoir en parler”, “Je n’avais osé en parler à personne jusqu’à aujourd’hui”, “J’ai longtemps pensé que tout cela était de ma faute, mais aujourd’hui je sais que ce n’est pas le cas.” 

Une fois les langues déliées, les consciences éveillées, que faire concrètement ? 

Trop souvent, lorsque le ou la stagiaire arrive en entreprise, il ou elle n’est que très peu préparé.e à faire face au sexisme, et surtout à y répondre. Il est donc nécessaire de former les étudiant.e.s en amont, afin que ces dernièr.e.s soient en capacité de repérer clairement les comportements sexistes, et ainsi de s’en protéger. Il est tout aussi important de leur apprendre la nécessité d’agir lorsqu’ils sont témoins de ces mêmes comportements. Venir en aide à une victime est essentiel. Quelques mots peuvent vraiment changer les choses :  “Je te crois”, “Tu as bien fait de m’en parler”, “J’ai vu ce qui s’est passé, “Tu n’y es pour rien”, “C’est lui/elle le/la coupable”, “Je vais t’aider.” 

Tout cela est primordial car nous devons garder à l’esprit que les étudiant.e.s d’aujourd’hui sont les managers de demain. Les sensibiliser et les former aujourd’hui contre le sexisme en entreprise, c’est éviter la reproduction de ces comportements au cours du temps. 

Car ce sont ces mêmes comportements qui se reproduisent de génération en génération : “On ne peut plus rigoler”, “On ne peut plus draguer”, “C’est pas la fin du monde”, “Il a une femme et des enfants, tu devrais te taire”… Ce sont ces phrases que l’on entend encore aujourd’hui dans le monde du travail, lorsque l’on décide, courageusement, d’en parler et de ne plus se laisser faire. Tout commence avec le sexisme ordinaire. Ce sexisme, dangereusement dissimulé, camouflé. Ce sexisme que nous ignorons trop souvent, car nous y sommes habitué.e.s. Ce sexisme tant institutionnalisé et ancré dans notre société, que parfois nous oublions que c’est bien lui qui frappe. Et pourtant, il n’en perd pas sa gravité. Car si ce dernier est souvent banalisé et même excusé, il n’en est pas moins responsable de reproduire, entretenir voire autoriser les comportements les plus graves. 

Former donc, mais aussi accompagner les étudiant.e.s, faire entendre leur voix et leur venir en aide si nécessaire. Les écoles ont leur part de responsabilité dans cette mission. Il faut mettre en place des outils de suivi, afin de s’assurer que l’étudiant.e, victime ou témoin, ose raconter ce qui lui est arrivé. Trop souvent, iel a peur de parler, d’être décommandé.e, de mettre en péril sa carrière professionnelle ou de ne pas valider son diplôme. Le statut précaire du stagiaire n’y est pas pour rien. C’est donc là que doit intervenir l’école, afin que l’étudiant.e en question n’ait pas à porter seul.e le poids de son mal-être. Lui attribuer un référent, le ou la diriger vers une cellule psychologique, promettre que quoi qu’il arrive on l’accompagnera dans sa dénonciation et mettre en place des sanctions envers l’entreprise concernée sont les premières étapes à suivre. Laissons ensuite travailler la justice.

« Balance ton stage s’est fixé cette mission. Sensibiliser, former et protéger les étudiant.e.s contre le sexisme en entreprise, sous toutes ses formes. Après avoir construit un manuel (« le petit manuel du sexisme en entreprise, et comment le combattre »), nous allons désormais mettre en place des formations dans notre école. L’initiative a vocation à se déployer, avec la duplication du manuel et la diffusion de nos formations dans toutes les écoles qui voudront bien instaurer ce changement avec nous ! Un changement nécessaire et positif. »