Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la paix, complice de génocide

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

L’ange venu ciel se métamorphose en tyran sanguinaire.

Ils sont 800 000 Rohingyas qui sont apatrides et sauvagement chassés de leur maison, torturés, violés, assassinés. Depuis, ils sont parqués comme des animaux dans des campements de fortune barbelés au Bangladesh.

Ces gens victimes d’un génocide en bonne et due forme proviennent du Myanmar (Birmanie), un pays d’environ 50 millions d’habitants dirigé par des militaires très radicaux avec comme marionnette madame Aung San Suu Kyi, cette très bonne personne qui, du temps où elle vivait à l’étranger, condamnait les atrocités commises en Birmanie.

Pour ces belles paroles héroïques, elle a reçu, à titre honorifique, la citoyenneté canadienne et le prix Nobel de la paix. Revenue dans son pays d’origine au Myanmar, l’ange descendu du ciel s’est transformé en tyran sanguinaire.

C’est un crime de guerre, un crime humanitaire et un génocide.

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.