Afghanistan : le gouvernement taliban finalisé sans aucune femme

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Toujours pas de femme. La formation du gouvernement taliban en Afghanistan est terminée mais l’exécutif est composé uniquement d’hommes.

Un mois après leur retour au pouvoir, les talibans ne montrent toujours aucun signe pour garantir les droits des femmes. En outre, les écoles n’ont rouvert que pour les garçons.

Les talibans semblent avoir fermé ce vendredi le ministère des Affaires féminines pour le remplacer par celui de la Promotion de la vertu et de la Prévention du vice, craint pour son fondamentalisme durant leur premier règne, il y a vingt ans. Des ouvriers ont été vus en train d’installer un panneau à l’effigie du ministère de la Promotion de la vertu et de la Prévention du vice dans l’ancien bâtiment des Affaires féminines de la capitale.

Plusieurs messages étaient apparus sur les réseaux sociaux ces dernières 24 heures, montrant des salariées du ministère manifestant devant le bâtiment, parce qu’elles affirmaient avoir perdu leur emploi. « Personne n’entend nos femmes », s’est insurgée une internaute sur Twitter, tandis qu’un autre s’interrogeait : « Que pouvons-nous attendre d’autre de ces animaux ? ». Aucun responsable taliban n’a répondu ce vendredi aux demandes de commentaires de l’AFP sur cette affaire.

Bien qu’ils aient insisté sur le fait qu’ils gouverneraient de manière plus modérée que lorsqu’ils ont gouverné l’Afghanistan de 1996 à 2001, les talibans n’ont pas autorisé la plupart des femmes à reprendre le travail. Aucune femme ne faisait partie des ministres du nouveau gouvernement taliban annoncé il y a deux semaines. Le ministère de l’Éducation a d’ailleurs annoncé dans un communiqué la réouverture des collèges et lycées pour garçons, et le retour au travail des professeurs hommes. « Tous les professeurs hommes et les élèves doivent retrouver leurs établissements », a-t-il fait savoir, sans aucune mention des enseignantes ou des collégiennes et lycéennes.

Les femmes ont reçu l’ordre de rester chez elles

Sous le précédent régime, garçons et filles ne partageaient les mêmes bancs que dans certaines écoles primaires et à l’université. Dans l’enseignement supérieur, la ségrégation des genres sera la règle, ont déjà annoncé les talibans, qui ont introduit des règles concernant ce que les étudiantes sont autorisées à porter.

Bien que toujours marginalisées, les femmes afghanes ont acquis des droits fondamentaux ces vingt dernières années, notamment dans les villes, devenant parlementaires, juges, pilotes ou encore policières. Des centaines de milliers d’entre elles ont intégré le marché du travail, souvent par nécessité, car beaucoup sont veuves ou soutiennent des maris désormais invalides après des décennies de conflit. Sources : HuffPost / LCI /

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.