1 femme sur 2 néglige le dépistage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

En 2018, seulement 50,3% des femmes ont été dépistées.

Le dépistage organisé souffre d’une désaffection croissante, mettant au défi la communauté médicale, qui planche désormais sur un dépistage personnalisé en fonction du risque.

Le cancer du sein reste le cancer le plus fréquent et le plus mortel chez la femme: 59.000 nouveau cas par an et près de 12.000 décès en France. Le taux de survie est de 99 % à 5 ans lorsqu’il est détecté à un stade précoce contre 26 % lorsqu’il est détecté à un stade avancé, ce qui plaide clairement en faveur du dépistage.

Pourtant, la participation des femmes au dépistage organisé baisse depuis quelques années, tombant même en dessous de 50 % en 2017.

Peur de l’examen ? Négligence ? La participation avait pourtant progressé vigoureusement dans un premier temps, passant de 30 % en 2000 à 45 % en 2004 puis 53 % dans les années 2010-2012 avant de s’effriter depuis. Car l’enjeu est majeur  pour les femmes. Quand le cancer du sein est pris à temps, il peut être guéri dans 9 cas sur 10. Par contre, détecté à un stade avancé, le taux de survie n’est plus que de 26%.
D’où l’importance du dépistage précoce.

Depuis plus d’un an, Women Today, (ex-Sarasvatî) et sa Lettre des femmes hebdomadaire explorent toutes les facettes du féminin et du féminisme. Donnent la parole à celles et à ceux qui misent sur la réflexion, plutôt que sur la division, pour éveiller les esprits, faire avancer la parité et reculer les inégalités.

Chaque semaine, son lectorat (60 % de femmes et 40 % d’hommes, toutes générations confondues) s’accroit et porte son message d’engagement positif. Mais parce que Women Today a fait le choix dès le départ de fonctionner sans publicité ni sponsor, nous avons besoin de vous afin de continuer à grandir et faisons appel aujourd’hui à vos dons.

Merci infiniment par avance de vos précieuses contributions.